Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

Nouvelle littéraire

Coeur de Guerrier

Emmanuelle M. Masson - 3e secondaire le 18-11-2014 à 00:28


Bonjour à tous ! Alors, comment allez-vous cette semaine, chers lecteurs ? Personnellement, c’est peut-être dur à croire, mais cela fait déjà deux heures que je travaille sur mon article. Et rien n’est encore vraiment écrit, mis à part un début un peu raté où je ne sais tellement pas à propos de quoi je vais écrire et que j’ai essayé de caser dix sujets dès l’introduction. Hé oui, être journaliste est plus dur pour moi que d’être écrivaine ! Je préfère écrire des livres que des articles, mais cela ne veut pas dire que je n’aime pas écrire au J.E. Mais trêve de discussions ! J’ai décidé de vous offrir un article un peu spécial cette semaine et de vous montrer un exemple d’un « RPG » en ligne auquel j’ai participé et qui s’est transformé par la suite en une véritable histoire. Ne perdons pas plus de temps et commençons ! Qui sait, si vous aimez cela, je pourrai peut-être écrire une suite. Je précise que tous les personnages sont des chats, puisque l’histoire est inspirée de la Guerre des clans, un livre traitant de la vie des chats sauvages. Je vous préviens, le texte est aussi imposant qu’un long article, c’est-à-dire, environ mille mots. Si vous trouvez cela beaucoup, vous n’aimerez sûrement pas mes chapitres de 3000 mots dans mes véritables ouvrages !

Personnages de départ :
- Espoir de Velours, la guérisseuse du clan
- Étoile de Rose, la meneuse
- Cœur d’Hiver, le lieutenant
- Nuage de Faucon, Nuage d’Orchidée et Nuage de Plume (des apprentis et les enfants de Cœur d’Hiver)
- Environ sept mois et demi
- Nuage de Neige (apprentie aussi, même âge que les trois précédents)
- Lune de Flamme (décédée, mère de Faucon, Orchidée et Plume)

« Espoir de Velours ! Vient vite, c’est urgent ! », hurla Nuage de Plume en pleurant. Cœur d’Hiver dépassa ses deux enfants et se précipita dans la tanière de la guérisseuse. Son fils Nuage de Faucon pendouillait entre ses mâchoires. Il était inconscient, ses poils bruns tigrés couverts de sang et de déchets. Nuage d’Orchidée et Nuage de Plume étaient plus lents, plus petits et moins robustes que le lieutenant du clan, et ils arrivèrent en même temps qu’Étoile de Rose et qu’Espoir de Velours. Cette dernière se précipita vers son patient, épouvantée. Les deux apprentis se serrèrent contre leur paternel, terrifiés devant l’image de leur frère blessé.

Peu après le décès de Lune de Flamme, les trois apprentis avaient appris leur lien de parenté avec le lieutenant du clan : ça avait été un véritable choc pour ces inséparables, et en particulier pour Nuage de Faucon. Ce dernier prônait l’honnêteté, le courage, la famille et il était bien plus proche de sa mère que son frère et sa sœur. Il avait reconnu toutes les qualités chez Cœur d’Hiver… jusqu’à ce que celui-ci leur dise la vérité. Si Nuage de Plume et Nuage d’Orchidée avaient trouvé du réconfort dans le fait d’avoir encore un parent vivant qui les aimait, la réaction du deuxième fils avait été pour le moins surprenante : il avait catégoriquement refusé cette vérité et avait renié tout ce qu’il avait jadis trouvé de bon chez son père. De héros, le lieutenant était passé à mauviette et à menteur aux yeux du chaton, qui refusait de mettre des mensonges dans les mots de sa mère. « Votre père est parti. » Elle n’avait pas menti. Elle ne pouvait pas avoir menti. Car si l’apprenti avait des qualités, celles-ci étaient cachées par ses défauts. Surtout ceux de s’énerver très facilement et d’être d’humeur exécrable, ce qui faisait que Cœur d’Hiver tentait vainement de dompter le caractère fougueux et orgueilleux de son jeune troisième... seulement, maintenant, il était peut-être trop tard.

Espoirs de Velours inspecta l’état du chaton et tenta rapidement de le nettoyer un peu. Personne n’osait parler, mais la question était dans tous les esprits. Comment est-ce arrivé ? Pas un n’avait de réponse, car aucun n’avait vu quoi que ce soit. Nuage de Faucon s’était éclipsé en matinée, seul. Lorsque Nuage de Neige l’avait aperçu, près de la chaussée, elle avait immédiatement alerté le clan et n’avait plus osé mettre une seule patte en dehors de sa tanière, traumatisée. Quand était-ce arrivé ? Pourquoi ? Comment ? Probablement les bipèdes, avec leurs voitures et leurs maladresses. Quoi qu’il en soit, le corps ensanglanté de Nuage de Faucon permettait même aux moins brillants de deviner la situation. Il avait été surpris par une voiture.

Il avait sûrement tenté de s’enfuir, en vain, puisque la partie arrière de son corps avait été happée. Ses pattes arrière étaient tordues et maintenant inutiles. De plus, sa queue se faisait presque invisible. L’élan avait fait rouler l’apprenti, qui s’était déchiré une partie de l’oreille droite et qui avait encore maintes plaies encore grandes ouvertes.

Espoir de Velours fit évacuer tous les chats pour ne se concentrer que sur le blessé, car le cœur de celui-ci battait encore. Faucon était de la race des guerriers, des vrais, ceux qui s’entraînaient en permanence pour être meilleurs que les autres. Ceux qui avaient la compétition et la loyauté inscrits dans leur sang, mais qui surtout, savaient endurer et savaient résister à la douleur physique. Au bout d’une période de temps qui avait semblé beaucoup trop longue aux chats du clan, Espoir de Velours rappela sa meneuse, son lieutenant et les deux autres enfants. Les autres guerriers pourraient attendre… surtout qu’elle ne prévoyait pas ménager ses compagnons.


- Je suis sincèrement désolée…, commença-t-elle.


- Il est mort ?!, hurla Nuage de Plume.


- Non ! Ciel, non ! Mais il ne pourra jamais retrouver l’usage de ses pattes arrière. Il ne pourra jamais devenir un guerrier. Il doit cesser l’entraînement, il ne peut ni chasser, ni se battre. Il ne peut que ramper avec ses pattes avant…


- Non !, gémit Nuage d’Orchidée. Pas Faucon !


- N’y a-t-il aucun autre moyen ?, hasarda avec espoir Cœur d’Hiver. Il y tient tant…

Espoir de Velours fit « non » de la tête, et tous observèrent l’apprenti endormi avec un regard empli de pitié. Que ferait-il, maintenant ? C’était l’apprenti du clan avec le plus de potentiel. Aucun de ses talents n’était inné, il les avait tous acquis au cours de sa vie. On le voyait déjà lieutenant alors que le chaton ne faisait que se tenir dans l’ombre de son père. « On pourrait le laisser s’entraîner et réaliser de lui-même qu’il ne peut pas. Il acceptera sûrement de devenir un ancien… », tenta Nuage de Plume.

Nuage de Faucon poussa alors un long râle et tenta d’ouvrir l’un de ses yeux ambrés. Tous tombèrent dans le piège. Tous crurent qu’il ne faisait que se réveiller. La réalité était tout autre. L’apprenti aux pattes tordues s’était réveillé bien avant, au moment même où la guérisseuse avait rappelé les chats. Il voulait savoir ce que tous pensaient, sincèrement, jouant le jeu de l’endormi pour ne pas susciter la pitié ou de faux espoirs. Refouler sa rage avait été extrêmement dur, et il dut se mordre les lèvres au sang pour s’empêcher de réagir.

Nuage de Faucon se retint de feuler, de crier à son frère qu’il ne serait jamais un ancien. D’attaquer son père pour lui prouver que peu importe ce que ce menteur pouvait faire, lui-même le ferait mieux. De traquer des proies pour prouver à sa sœur que son talent inné en chasse à elle n’était rien comparé à son talent acquis. Pour leur prouver à tous que ce qu’ils avaient hérité ne dépasserait jamais ce qu’il avait appris de lui-même.

Mais plus encore, Nuage de Faucon voulait faire regretter à Espoir de Velours d’avoir osé dire qu’il ne pourrait jamais devenir un guerrier.

Espace privé Recalculer cette page *