Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

Jeux vidéo

La théorie derrière Super Smash Bros

Emmanuelle M. Masson - 3e secondaire le 12-02-2015 à 13:34


Bonjour à tous, chers lecteurs ! Alors, comment allez-vous cette semaine ? Avez-vous bien répondu à mon sondage du dernier article ? Il faut dire que je n’ai pas reçu beaucoup de réponses : des dix, trois sont de la même personne et deux d’entre elles n’ont aucune réponse, ce qui fait que je n’ai que six réponses. Et elles s’annulent toutes entre elles : j’ai trois réponses « A », trois réponses « B » et… une réponse « C ». Je crois donc que je vais continuer à écrire, mais peut-être laisser tomber l’idée « Cœur de Guerrier ». Désolé à ceux qui lisaient cette histoire, mais je crois avoir été bien trop rapide en décidant de l’écrire. Il y a peu de temps, grâce à un ami, j’ai découvert sur YouTube la série des « Game Theory » et depuis, j’en suis fan : aujourd’hui, j’aimerais partager avec vous l’une de ces théories, celle à propos des Super Smash Bros ! Pour ceux qui sont plus visuels, et surtout à ceux qui comprennent l’anglais et qui ont un peu de temps libre, je vous invite à suivre ce lien et à aller voir la vidéo qui, je le sais, est sûrement plus stimulante et drôle à regarder qu’un article l’est à lire ! Ceci n’est donc qu’une traduction : je n’ai pas élaboré moi-même cette théorie.

Dans Super Smash Bros (S.S.B.), lorsqu’on arrive au point culminant du jeu, nous pouvons affronter la Master Hand, qui même si elle ressemble au gant de Mario, ne l’est pas. La théorie populaire veut que, depuis que le jeu est sorti, les personnages soient des jouets et que cette main soit celle de l’enfant qui joue avec eux. Tous les scénarios du jeu sortiraient droit de l’imagination de l’enfant qui jouerait avec ces jouets et ce serait justement la raison pour laquelle nous pouvons retrouver tant de personnages d’univers différents dans un même jeu. Dans le premier Super Smash Bros, nous sommes dans la chambre d’un enfant que nous pouvons estimer être âgé entre douze et quatorze ans puisqu’il a des livres (il sait lire), des crayons (il sait écrire) et il a une boîte remplie de jouets en peluche près de son lit. Plus tard, dans Melee, l’enfant a grandi un peu et possède maintenant non pas des jouets en peluche, mais des bibelots fragiles et bien travaillés. Lorsque nous observons l’ensemble de tous ces trophées dans le jeu, nous constatons que nous sommes dans une chambre d’un enfant devenu un « gamer ». L’étagère en arrière-plan est remplie de consoles différentes, incluant la Nintendo 64, et tout est bien ordonné. Notre enfant est donc en train de grandir et d’acquérir de la maturité, et c’est ce que MatPat (celui qui fait la vidéo) propose : c’est le thème de ce jeu, Melee : l’enfant qui grandit.

C’est justement dans ce jeu que la Crazy Hand arrive, avec la Master Hand. Cependant, voyez comme les deux bougent différemment, voyez la destruction de cette première main : « la Crazy Hand est plus destructrice alors que la Master Hand aime construire. Son alter ego, la Crazy Hand, est impulsive et destructrice, consommée par le sentiment venant de la destruction de ses propres créations. » La Master Hand est donc l’imagination et l’âme d’un enfant qui veut créer, alors que la Crazy Hand est celle d’un enfant qui veut détruire, qui grandit et devient un adulte, se rebelle et veut cesser de jouer avec ses jouets.

Arrive ensuite Super Smash Brawl, avec le mystérieux personnage Tabuu. Dans ce jeu, la Master Hand collabore avec quelques personnages reconnus comme étant les « méchants » (Ganondorf, Wario, etc.) pour attraper les autres personnages et les mettre sous forme de trophée pour qu’ils ne puissent plus jamais bouger. Mais pourquoi la Master Hand voudrait-elle cela, puisqu’elle représente l’imagination et l’âme de l’enfant qui veut jouer avec ces jouets ? La vérité, c’est qu’elle ne veut pas : nous apprenons qu’elle est contrôlée par Tabuu comme un pantin. Mais justement, qui est ce personnage si difficile à décrire que j’ai dû le mettre en logo d’article ? Observez bien son nom : Tabuu, prononcé « Tabou ». Un tabou, quelque chose qui est condamné par la société, quelque chose dont on ne veut pas parler. Beaucoup de sujets tabous sont maintenant disparus : le sexisme ou le racisme par exemple. Mais un tabou demeure : les adultes ne peuvent pas jouer avec des jouets comme ils le faisaient lorsqu’ils étaient enfants. Master Hand, qui je le rappelle est la main de l’enfant qui a grandi et est devenu un adulte, veut jouer avec ses jouets, mais Tabuu l’en empêche, la société ne veut pas qu’un adulte puisse jouer ! Puis, lorsque Tabuu est vaincu, un merveilleux horizon se dévoile : l’adulte sait que ses jouets seront toujours une partie de lui.

Alors qu’on croyait que la trilogie était terminée, voilà que Super Smash Bros Wii U sort ! Master Hand et Crazy Hand sont toujours là, mais un nouvel ennemi arrive : Master Core. Celui-ci vit à l’intérieur de la Master Hand et en ressort lorsque nous réussissons à gagner le combat. Il prend la forme de démons, de sabres, de forteresses, et même d’une projection sombre de votre propre personnage. Lorsqu’il est enfin battu, il se révèle sous sa vraie forme : une boule d’énergie avec le logo de S.S.B. Nous devons seulement frapper cette boule encore et encore, jusqu’à ce qu’elle soit battue : celle-ci ne fait rien, elle se contente toujours de revenir au centre du terrain et de se laisse frapper. Après un combat si acharné contre Master Hand, Crazy Hand et Master Core, c’est le calme total.

C’est alors que la théorie principale arrive : Masahiro Sakurai est l’enfant que nous avons suivi tout le long des jeux. C’est celui qui a inventé Super Smash Bros. Cette chambre d’enfant, c’était la sienne, celle de l’enfant qui a grandi avec les jeux Nintendo. C’est celui qui a amené ses jouets à la vie, c’était lui la Master Hand. Dans Melee, la Crazy Hand aussi, c’était lui : il voulait détruire ce qu’il avait créé, surtout avec Kirby, qu’il a inventé à dix-neuf ans et qui est devenu super populaire. Puis il y a eu les suites avec Kirby. Masahiro l’a dit lui-même, et je me permets de le traduire de l’anglais : « C’était dur pour moi de voir que dès que je sortais un jeu, les gens s’attendaient à la sortie d’une suite. Même s’il y avait une suite, le processus de création d’un jeu intéressant n’est pas facile. Les gens semblent pourtant croire que le processus s’effectue de lui-même. » Sakurai voulait détruire d’une main ce qu’il avait créé de l’autre, frustré qu’il était par ce qui arrivait à Kirby et S.S.B., par leur popularité. Tabuu, c’est la pression qu’il subit lorsqu’il grandit : il conçoit des jeux et construit des jouets, mais la société lui répète que les adultes ne font pas ça.

C’est alors qu’intervient Master Core, et il est important de comprendre que ce dernier sort de la Master Hand. Sakurai a beaucoup de pression de la part des fans, parce que c’est lui la main créative de la série, c’est lui qui tient tout et qui doit avoir les idées. Il se sent coincé et étouffé par la popularité qu’ont ses jeux. Il veut être libre et se sortir de tout ça. Il a du mal à voir quelqu’un d’autre à sa place et c’est alors qu’il lutte intensément en tant que Master Core avant de s’offrir entièrement à nous, les joueurs, sous la forme de la boule d’énergie. Boule qui, passive, n’attend que d’être achevée. C’est vraiment triste de dire cela, puisque cela veut dire que Sakurai est à bout de force, comme un animal blessé qui abandonne à la fin de son combat. Un animal qui, entravé par des chaînes, tente à tout prix de se libérer : c’est ce que tous attendent de lui.

« But hey… it’s just a theory… a game theory ! » Je vous invite à aller voir la vidéo, qui est captivante en plus d’être plus fournie que cet article (j’espère justement que vous avez apprécié l’article de cette semaine !) N’hésitez pas à aller répondre au sondage si vous avez aimé et que vous désirez plus d’articles comme celui-ci. À bientôt, chers lecteurs !

Espace privé Recalculer cette page *