Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

Faites entendre votre voix

Emmanuelle M. Masson - 4e secondaire le 17-11-2015 à 23:34


Bonjour, chers lecteurs ! Après un article pour vous aider à décrire des émotions par écrit, j’ai décidé de vous donner quelques trucs pour prendre la parole en public, que ce soit dans le contexte d’une présentation orale ou d’une scène de pièce de théâtre. J’espère que cela vous aidera lorsque, dans la vie, les lumières seront sur vous et que le micro sera entre vos mains.



2. Jouez avec les intonations et les émotions Parler, c’est raconter une histoire, que ce soit dans le contexte d’une pièce ou bien d’un exposé sur la fonte des glaciers. Une voix forte peut être aussi monotone qu’une voix faible, et c’est la raison pour laquelle il faut jouer avec les intonations de votre voix et exprimer des émotions aux bons endroits en fonction du contexte. Nul besoin de déclamer tout un texte de façon monocorde : marquez des pauses, laissez de petits silences, sans nécessairement alourdir votre présentation. Même en parlant rapidement, on peut prendre le temps de respirer. Pour cela, il n’y a qu’un truc : se préparer ! Avant de faire votre présentation, lisez votre texte, surlignez les éléments sur lesquels insister, placez vos ponctuations, vos pauses et les émotions.

3. Résumer et imager (présentations orales) Avant un exposé, vous avez (normalement) fait vos recherches et vous connaissez votre sujet. Faites une synthèse pour les membres de votre classe et donnez des exemples imagés avec enthousiasme. Je me souviens de ma présentation à propos du krach boursier de 1929. J’avais décrit le cercle vicieux de la crise à l’aide… d’une usine à patates. Le sujet, qui pouvait paraître compliqué à la base, a semblé plaire au groupe.

4. Surveillez votre gestuelle Rien de plus dérangeant pour un spectateur que d’essayer de se concentrer sur les paroles de quelqu’un qui a un tic nerveux. On ne se concentre que sur cela : un joueur d’improvisation qui piétine, un élève qui ne cesse de jouer avec un élastique, un présentateur qui joue avec son chandail… tant de petits détails qu’il faut corriger. Présenter un texte (ou en inventer un sur le vif) nécessite un contrôle de tout le corps, et non seulement de la voix. Apprenez à vous tenir droit et à vous déplacer aisément, sans nervosité et sans gestes imprévus.

5. Assumez-vous, écartez la nervosité Les gens vont me juger, je déteste prendre la parole en public, je n’y arriverai jamais. Comment parler dans ces conditions ? Un exposé oral, par exemple, ne dure pas nécessairement longtemps et nécessairement, les flashs seront sur vous, alors ce n’est pas le moment de vouloir rentrer dans le plancher. Quelqu’un qui ose s’affirmer et qui prend sa place ne sera pas jugé en mal : au contraire, si vous arrivez à captiver l’attention, les applaudissements seront retentissants ! Les gaffes arrivent, mais ce qui crée quelquefois le malaise, c’est parfois la façon dont elles sont gérées : quelqu’un qui se met à bégayer et à patauger après une simple erreur se juge souvent trop sévèrement. On se trompe ? On assume, on s’excuse simplement et on continue comme si de rien n’était.

Mes chers lecteurs, vous seriez peut-être étonnés de tout le plaisir que l’on peut prendre à être un bon orateur et à capter l’attention d’un groupe. Ne soyez pas celui ou celle qui endormira les autres en étant monotone et sans originalité : soyez la personne qui les réveillera et qui leur donnera envie, à leur tour, d’être captivants. Juge-t-on si sévèrement ceux qui réussissent à s’assumer et à rendre intéressant quelque chose qui, à la base, ne le semblait pas ? Je sais bien que surmonter sa nervosité peut être difficile, et j’apprécierais de pouvoir vous écrire plus longuement à propos de tout cela, mais pour vaincre vos peurs, il n’y a qu’un remède : se préparer mentalement et réfléchir longtemps. N’hésitez pas à me dire ce que vous avez pensé de cet article et des autres via, encore une fois, ce fameux document Google Drive. Sur ce, chers lecteurs, bonne semaine !

Espace privé Recalculer cette page *