Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

Vive la magie de Noël !

Kim Nguyen - 2e secondaire le 17-12-2015 à 01:13


Vous rappelez-vous quand le père Noël vous était réel ? En vous les remémorant, ces moments vous éveillent-ils de la nostalgie ? Croire ou non au père Noël, et pour combien de temps, reste toujours une question délicate pour bien des gens…

Vous souvenez-vous de lui avoir écrit des lettres, d’avoir impatiemment attendu sa venue et d’avoir couru jusqu’au sapin pour voir ce qu’il vous avait laissé ? Vous souvenez-vous d’avoir vérifié le verre de lait et l’assiette de biscuits que vous lui aviez réservés ? Et de votre cœur qui battait de plus en plus en réalisant qu’ils étaient bien vides ?

Vous souvenez-vous de vous être efforcés d’être des enfants modèles tout au long de l’année pour pouvoir plaire au père Noël ? Vous souvenez-vous d’avoir été nerveux tout le mois de décembre, espérant qu’il s’était souvenu de votre bon comportement et de votre longue liste de cadeaux ? Cela vous évoque-t-il de beaux souvenirs d’une ambiance chaleureuse et d’un monde magique où tout était possible ?

Vous souvenez-vous de votre déception quand vous avez réalisé qu’il n’existait pas ? Qu’on vous a dit que ce n’était que vos parents qui plaçaient les cadeaux sous le sapin, ou encore que le père Noël n’est que le dérivé d’une légende nordique commercialisée par Coca-Cola ?

Cependant, il existe. Du moins, il existe pour les enfants. Il est même aussi réel que ne l’est le reste de la population pour eux. La distinction entre la réalité et la fiction ne leur est pas encore acquise. Le Saint-Nicolas leur apporte de la joie, et c’est tout ce qui leur importe. À cette phase de l’enfance, ce n’est pas la logique qui prime, mais bien le simple bonheur d’une attention particulière venant de si loin que du Pôle Nord.

Mais, tôt ou tard, ils finiront par réaliser que le vieil homme barbu n’est qu’un produit de notre imagination collective. Leurs parents ou leurs amis les convaincront qu’il n’existe pas, ou encore constateront-ils simplement l’invraisemblance des rennes volants et des lutins. C’est à ce moment qu’ils se confronteront la « vérité », selon la définition des adultes, et tous les problèmes qui y sont attachés. Finies l’imagination et la simplicité. Au revoir au monde idéal où les bonnes actions sont récompensées par des cadeaux. Moins de mystère, mais pas plus de réponses.

Cette coupure, pour certains enfants, n’est pas si simple. Ils peuvent ne pas être prêts à faire face à cette vérité à laquelle les adultes les forcent à se confronter. Ils pourraient bien avoir un choc lié à la perte de la magie à laquelle leurs pensées sont si habituées.

Voilà une des raisons pour lesquelles nous devrons leur laisser la magie de Noël aussi longtemps que possible. Avec un développement psychologique naturel, ils finiront tous par reconnaître la réalité entourant les mythes. Ne nous hâtons pas d’enlever le pur bonheur dans leur cœur enfantin !

Après tout, nous célébrons Noël non pour sa « véracité », mais bien pour la magie et les joies qui y sont attachées, dont même les adultes ont besoin. L’important est de pouvoir vivre le bonheur que nous apporte l’imagination, tout en étant capable de reconnaître la part de rêve et de la distinguer de la réalité.

Espace privé Recalculer cette page *