Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

Primaires américaines

Comme un éléphant dans la pièce

Emmanuelle M. Masson - 4e secondaire le 12-03-2016 à 16:56


« Trump veut bâtir un mur aux frontières des États-Unis ! » « Trump est complimenté par Vladimir Poutine » « Trump a encore insulté une femme ! » « Trump et son petit prêt de 1 million de dollars. » « Un livre érotique écrit à propos de Donald Trump par un internaute ! » Ce politicien est aussi visible sur la scène politique qu’un véritable éléphant ; Donald Trump par ci et par là… comme une trompe au milieu d’un visage ! Mais pourquoi est-il si populaire, pourquoi existe-t-il tant de théories et d’articles à son sujet ? Nous explorerons aujourd’hui quelques explications pour satisfaire notre curiosité et découvrir pourquoi un homme aussi stupéfiant de notre point de vue au Québec peut être hissé au pouvoir de l’un des plus puissants pays au monde.

J’ai déjà traité de la chaîne YouTube anglaise « Game Theories » et « Film Theories » : j’ai été d’autant plus satisfaite, après avoir trouvé l’idée de faire un article à propos de cet homme politique, de voir que Matpat (le détenteur de l’émission) avait eu la même idée ! Si vous parlez anglais, je vous recommande donc sa vidéo (source à la fin). Parlons d’abord des ressemblances qu’il a trouvées entre les techniques de Donald Trump et… les participants d’une téléréalité. Est-ce vraiment surprenant ? Cet homme connaît les engrenages de la télévision et en appliquer les principes dans la vraie vie n’est pas bête du tout. En effet, les débats sont réellement comparés à de la téléréalité et les politiciens sont suivis par de nombreuses personnes (pas tout le monde, mais beaucoup) selon leur popularité et la place qu’ils prennent dans les médias plutôt que pour les idées qu’ils présentent sur leur site web par exemple. Il faut toucher le public et cela, Donald Trump le fait très bien en étant attentif aux caméras et en restant très moderne (en utilisant énormément Twitter par exemple). Il y a donc quatre « étapes » pour devenir président ici : la première étant d’avoir un personnage très clair. En effet, puisqu’il y a de nombreuses autres personnes dans le jeu, il faut se démarquer des autres en étant la personne la plus claire et accessible, parfois en se basant sur un archétype (« le gros musclé de la gang ; celui qui trahit tout le monde ; la fille naïve du Nord, etc.) Pensez à un personnage de téléréalité, et il vous viendra sûrement à l’esprit celui qui se sera démarqué, n’est-ce pas ? Pourriez-vous me dire qui est John Kasich ou Marco Rubio comme vous pourriez me décrire Trump ? Duquel connaissez-vous le plus le message ? La deuxième étape est justement de s’accrocher à son message : un message direct et honnête, même si cela consiste à dire qu’on déteste tous ceux qui sont devant nous. On ne s’inscrit pas dans une telle course pour se faire des amis, et Trump s’accroche à ses idées ainsi qu’à celle de gagner, dont il parle souvent.

L’étape trois est d’apporter du drame à l’histoire, de l’exagération. Les personnages populaires ne sont pas toujours les plus stables. Une personne est divertissante lorsque nous n’avons aucune idée de son prochain mouvement ou de sa prochaine déclaration. La liste des gens que Trump a insultés et visés est très longue et a attiré énormément d’attention. Jamais on ne sait qui sera la prochaine cible. « Parlez de moi en bien, parlez de moi en mal, mais parlez de moi ! » Voilà le principe même qui guide la campagne, et pour preuve, Trump a eu plus de temps à l’écran que tous les démocrates réunis. La dernière étape est de toujours rester au moins un pas devant l’adversaire, prévoir son prochain mouvement. Souvenez-vous par exemple (pour ceux et celles familiers avec la série) de l’un des participants de l’émission « Survivants » qui a brisé les règles du jeu et effrayé les membres de sa propre équipe. C’est selon la philosophie qu’en contrôlant les émotions d’un autre, on contrôle aussi ce que pense cette personne. Donald Trump a, par exemple, brisé les règles en n’allant pas à un débat sans prévenir, ce qui a grandement déstabilisé ses adversaires, qui étaient essentiellement prêts à essuyer ses attaques. Il y a donc raison d’espérer pour les adversaires de Trump que, comme de nombreux personnages tout aussi populaires dans des émissions de téléréalité, il perdra de sa popularité et ne gagnera pas au final.

N’oublions pas que Trump représente aussi une part du rêve américain, celui du « self-made-man » qui est devenu très riche et qui a été à la tête d’une entreprise fleurissante. Sa prochaine entreprise serait d’enrichir le pays. Un pays qui a besoin d’un businessman et non d’un diplomate. Il fait donc rêver les électeurs et vante son indépendance, lui qui n’est pas contrôlé par des lobbyistes et autres géants de la finance américaine. Sa campagne, il la fabrique et il la mène seul. Il inspire les gens qui n’ont plus vraiment confiance en la politique traditionnelle. Son impolitesse et ses nombreux commentaires-surprises lui donnent l’image d’un homme honnête et d’un politicien auquel nous ne sommes pas habitués. L’image d’un homme qui est comme tout le monde et en lequel beaucoup se reconnaissent. En forçant les réactions avec ses propos polémiques, nul besoin de s’exprimer sur des sujets pointus : il suffit de laisser ses idées simples et choquantes circuler. Sans oublier la politique de la peur : il faut avoir peur des Mexicains violeurs, des terroristes musulmans, de tous ceux qui n’entrent pas dans le moule, mais « ne vous inquiétez pas, Trump est là pour protéger le peuple des États-Unis. »

Chers lecteurs, je n’essaie pas dans cet article d’encourager ou de décourager une quelconque idée politique, mais je dois avouer que comme beaucoup de Canadiens, je crains que la peur des électeurs ne nous mène sur un chemin destructeur, sur un chemin qui nous éloignera encore plus du monde dont nous rêvons réellement, le chemin d’un faux rêve américain. Avant qu’il ne soit trop tard, regardons le passé : je ne ferai aucune comparaison, mais de nombreux excellents orateurs se proclamant comme des « boucliers » contre les problèmes du pays ont souvent causé de nombreux désastres. Sur ce, chers lecteurs, j’espère que vous aurez mieux compris d’où vient la popularité de ce politicien, et je vous laisse le fameux Google Drive ainsi que sur mes sources et autres liens intéressants : la vidéo de Film Theories ; « Pourquoi Trump est-il si populaire ? » ; « Qui a peur de Donald Trump ? » ; « Si Donald Trump est favori, c’est parce qu’il est candidat de la peur »

Espace privé Recalculer cette page *