Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

Mode de vie

Vous n’aurez pas le temps de lire cet article

Emmanuelle M. Masson - 4e secondaire le 12-03-2016 à 17:20


Vous n’aurez pas le temps de lire cet article Chers lecteurs, vous n’aurez pas le temps de lire cet article. C’est ce que vous vous direz vous-mêmes en le voyant. Vous ne pourrez pas parce que ce n’est pas l’explication et la réponse à votre devoir de math. Ce n’est pas non plus un texte à propos de ce projet que vous devez remettre. Vous n’aurez plus le temps parce que finalement, il y a plus important à faire, dont cette tonne de travail que vous voulez absolument rendre parfaite avant l’échéance. En fait, chers lecteurs, vous n’aurez pas le temps de vous détendre ce soir, ou vous n’en aurez pas assez. Vous manquerez de temps. Ce n’est pas un souhait de ma part, mais une constatation, celle qu’à présent, nous manquons tous de temps et que la première chose qu’on coupe pour en sauver… c’est soi-même. Vous n’aurez pas le temps de lire cet article parce qu’il ne sert pas à accomplir l’un de vos engagements, et que le parcourir constitue donc du temps que vous prenez personnellement et que ce temps, vous n’en avez pas et vous vous le rappelez dès qu’en jetant un coup d’œil sur le côté, vous voyez votre agenda truffé de dates en rouges. Pourtant, ce sont ceux qui ne prendront pas le temps de le lire qui en auront le plus besoin, car cet article n’a qu’un seul but… celui de vous rappeler de prendre du temps pour vous-mêmes.

J’ai effleuré le sujet dans mon article à propos du stress et j’ai décidé cette fois-ci de traiter plus particulièrement l’aspect du « travail sur soi ». Nous connaissons tous cette personne qui se tue à l’ouvrage, qui veut absolument tout faire pour les autres et qui en arrive à s’inscrire partout, dans toutes les activités et qui prend tous les engagements. Elle s’éparpille en missions à accomplir à l’ordre de dix administrations différentes. Peut-être même est-ce vous, qui sait ? C’est le moment de briser ce cercle vicieux. Vous vous dites « je suis débordé, je ne le peux pas ! » mais c’est avec cette mentalité que vous n’y arriverez pas. Avec la mentalité de quelqu’un qui a perdu d’avance, on se prépare non pas à une victoire inattendue, mais à une défaite. Personne ne prendra pour vous le temps que vous n’allez pas chercher vous-même ; au contraire, les gens tenteront plutôt de dire que c’est un luxe. Peu importe ce qu’ils disent ! Depuis quand prendre une heure pour se ressourcer, se calmer ou réfléchir est-elle devenue un luxe, de nos jours ? C’est plutôt un besoin vital, il faut alimenter son esprit de même qu’on alimente notre corps ou qu’on le repose en dormant. Fini, les coupes sur la nourriture, le sommeil et les passe-temps pour gagner du temps, d’accord ? Ce n’est pas un luxe sur lequel on peut culpabiliser. Manger à sa faim n’est pas de la gourmandise, dormir suffisamment n’est pas de la paresse et donc prendre du temps pour soi n’est pas optionnel. C’est une richesse personnelle qu’on s’offre, la possibilité de réellement s’investir pour le monde en commençant par investir en nous, puisque charité bien ordonnée commence par soi-même.

Voyons d’abord ce que ces moments ne sont pas : des travaux qui vous imposent des échéances et qui vous mettent de la pression, même si c’est dans une matière que vous aimez ; une pause de dix minutes entre deux devoirs ; n’importe quoi que vous ne fassiez pas pour vous-mêmes et dans le but de décompresser. Il faut en fait bloquer un moment de votre horaire : une demi-heure peut-être chaque soir avant de dormir, la soirée du samedi, deux heures après l’école, etc. Un moment que vous pourrez modeler à votre goût. Vous faites par exemple une sortie entre amis ou bien c’est une activité après l’école qui vous permet simplement de bouger, de vous détendre et de prendre du bon temps (pour moi c’est l’improvisation ; pour d’autres, des sports, de la musique, des clubs comme génies en herbe, etc.) Ce sont des activités qui vous permettront simplement de vous vider la tête, d’oublier même que vous avez des tâches. Des moments qui vous permettront d’évacuer le stress. Parfois, on se retrouve en petite boule dans un lit, à pleurer, à être fatigué, et on s’entêtera encore à répéter : « je ne suis pas stressé ! » et à dire que ce sont d’autres personnes qui nous poussent dans le dos vers le vide. Pourtant, lorsqu’on prend le temps de se calmer, de travailler un peu sur soi, de tout oublier pour tout revoir d’un œil nouveau et plus optimiste, on réalise qu’il est d’autant plus important de prendre du temps parce qu’on ne réalise pas toujours qu’on en a besoin.

Il faut absolument s’accrocher à ce moment et ne pas se le faire voler pour une raison ou pour une autre. De plus, limiter les engagements que vous prenez. Disons que vous êtes dans un club d’entraide, ne levez pas la main dès que l’animateur demande si quelqu’un peut organiser quelque chose ou être quelque part à telle heure, tel jour et avec tout un travail de préparation. Dans un travail d’équipe, il ne faut pas tout prendre : il faut, comme dans d’autres sphères de la vie, apprendre à déléguer du travail et accepter de faire confiance aux compétences de ceux qui nous entourent. Il faut en fait s’imposer des limites dans la vie, réfléchir au temps que prendra tel travail et aussi à tous les efforts, aux énergies et aux complications qui pourraient se présenter. Il faut parfois faire un choix : couper un engagement que nous aurions voulu prendre parce qu’on en a déjà d’autres qui sont très prenants. On n’a pas à toujours exiger de soi-même la perfection, une écoute et une répartie au quart de tour 24/7, une attention constante et une vivacité d’esprit constamment sollicitée. Il faut de ces moments où on laisse le cerveau se reposer, où on revoit un peu nos attentes à la baisse pour ne pas tomber d’épuisement par la suite.

Chers lecteurs, cet article est déjà très long et je vais le terminer ici, au risque de me faire taper sur les doigts par ceux qui me lisent avant la publication. J’aimerais simplement vous dire de faire vos propres recherches pour compléter ce que vous venez de lire. Certains diront que c’est répétitif, d’autres diront que répéter est nécessaire pour comprendre et surtout, pour changer le quotidien. Il est facile de trouver un peu de temps un peu partout : par exemple en marchant jusqu’à votre école ou au travail, seul et avec ses pensées ou sa musique ; en faisant des tranches de sport durant la journée… il y a plus de méthodes et de moments qu’il y a de personnes. Vous pouvez par exemple consulter ce site web, ou bien celui-là (l’une de mes sources), de même que vous pouvez prendre un instant pour répondre au fameux GoogleDrive pour me parler de ce qui vous vient en tête après la lecture de cet article. Sur ce, bonne semaine !

Espace privé Recalculer cette page *