Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

Vous êtes capable !

Emmanuelle M. Masson - 4e secondaire le 28-03-2016 à 22:39




Chers lecteurs, j’aimerais vous raconter une petite histoire. C’est celle d’une jeune fille, à l’école primaire, faisant partie d’un grand événement de cross-country avec tous les autres élèves de son école. Elle se met sur la ligne de départ, puis court, franchissant les kilomètres sans s’arrêter, s’en épuisant, car c’est ainsi que la course avance. Elle court ses kilomètres puis en arrive à ce point dans la course où elle n’a plus envie de courir. Ce point où certains s’arrêtent, ce moment qui est plus dur que les autres, où on traîne la langue au sol, où on ralentit alors qu’il faut persévérer puis piquer son sprint final. La jeune fille ne s’est pas arrêtée, car jamais elle n’arrêtait ses courses avant de les avoir terminées ; pourtant, indéniablement, elle avait ralenti. Et c’est alors que s’est démarquée de la foule des spectateurs une autre étudiante, une ancienne connaissance qui reconnut notre coureuse et qui l’encouragea, elle personnellement, elle parmi les autres. La jeune fille l’entendit, en fût touchée, et comme dans les films, elle eut ce regain d’énergie qui lui permit de faire la dernière accélération et de remonter de trois positions en quelques secondes. Cette jeune fille, c’était moi, et jamais je n’ai revu cette connaissance à la veste mauve, jamais je n’ai pu la remercier et probablement ne se souvient-elle pas de ce moment. Cette semaine, chers lecteurs, ce que je veux vous montrer, c’est exactement ça : peu importe qui vous êtes, où vous êtes, parfois ce sourire que vous offrirez sera ce qui illuminera une journée et forgera un souvenir. Vous n’en serez peut-être jamais conscient, mais ce sera peut-être ce qu’un autre cœur chérira, ce sera cette histoire qui sera racontée. Chers lecteurs, avez-vous encouragé une personne dernièrement lorsque vous en avez eu l’occasion ?

Nous avons tous un impact sur ceux qui sont autour de nous, un impact dont nous ne soupçonnons parfois pas l’existence parce que cela nous semble tellement improbable : après tout, « qui suis-je, pense-t-on, pour influencer la vie d’un professeur, d’un parent, d’un adulte, d’un autre étudiant, d’un enfant ? » Oui, qui sommes-nous pour inspirer la vie d’un autre ? Nous pouvons tous être cet autre. Il ne faut jamais sous-estimer l’effet que nous pouvons avoir sur la vie de quelqu’un simplement parce que nous ne savons pas de quoi est constituée cette autre vie : serons-nous la seule main tendue ce jour-là ? Serons-nous cette présence ou ce souvenir au moment où cela sera nécessaire ? Il nous arrive tous d’avoir de ces instants où tout semble inutile, où l’on se prend la tête entre les mains en disant : « j’en peux pu… j’en peux pu… » Ces instants peuvent se transformer en journées, changer l’humeur, la mentalité, et parfois ce sera si bien caché derrière un faux sourire que personne ne le remarquera. Parce que lorsqu’il y a la tristesse, il est si facile de se convaincre qu’on n’est capable de rien, quand on est épuisé, il est si facile de se traiter de lâcheur et de se prouver qu’on l’est. Mais alors arrive une personne qui donnera quelques tapes dans le dos (ou bien sur le clavier si c’est en ligne), qui donnera de son optimisme, qui dira : « Tu es capable ! Regarde tout ce que tu as déjà accompli… » Chaque personne a ses propres compétences, ses propres talents et lorsque cette personne oublie cela, tout le monde peut lui raviver la mémoire : un compliment, un encouragement, n’importe qui a la possibilité de tendre une main généreuse qui permettra à l’autre de se relever, d’avancer. Nul besoin d’être chef scout en forêt ou bien d’être à la tête d’une entreprise pour être un leader ; un meneur, c’est simplement quelqu’un qui est là. VOUS avez le pouvoir d’être un meneur simplement par votre présence, parce que parmi tout ce que vous pouvez faire, le meilleur encouragement est d’offrir votre présence, votre soutien et votre intérêt sincère. C’est cela qui rendra vos mots porteurs d’un sens, le fait de réellement croire en quelqu’un qui ne croit plus en rien. Même s’il s’agit d’un simple « Ça va aller. »

Les émotions positives fonctionnent de façon contraire aux émotions négatives ; ces dernières détériorent le focus, la concentration, la coordination avec les autres et avec soi, la capacité à juger des informations et donc, les facultés intellectuelles en général. Voilà comment, en montrant de l’empathie et de la compréhension face aux autres, vous pourrez changer du tout au tout un projet, une année, une vie à court ou à long terme : une personne qui se sent encouragée et en qui on croit pourra alors croire en elle, avoir de quoi se défendre contre toutes les insultes et la démotivation, réussir un examen, un entretien d’embauche ou un spectacle. Une personne positive pourra garder le focus, réussir ce qu’elle entreprend en travaillant mieux, avec plus d’intérêt et elle obtiendra ainsi de meilleurs résultats, ce qui lui apportera encore plus de motivation pour lutter contre les échecs en chemin. Alors, revenons-en à cette question : qui êtes-vous pour apporter de la joie à un adulte, à un inconnu, à un professeur, à un ami ? Vous êtes celui ou celle qui, grâce à un câlin, rappellera à vos parents qu’ils sont aimés. Vous pourrez illuminer la journée d’un inconnu en respectant ce qu’il fait ou alors vous pourrez faire sentir à votre professeur que son travail est apprécié en lui écrivant « Bonne journée ! » en haut de votre copie d’examen. Vous serez cet ami qui sera là. Ne portez pas un jugement trop rapidement, car jamais nous ne savons qui peut se révéler lorsqu’on retire un masque.

Chers lecteurs, les possibilités sont infinies, de la plus petite des actions à la plus grande, d’un sourire à une personne que l’on croise dans un couloir jusqu’à la réalisation d’un grand projet pour remercier un être cher de son dévouement (à lire si vous en avez l’occasion : l’histoire de Janet Lynn Mitchell dans « 7 ingrédients essentiels pour une vie équilibrée pour la femme », de la série Bouillon de poulet). Sur ce, chers lecteurs, je vous souhaite de passer une semaine pleine de sourires et vous laisse sur le fameux GoogleDrive, si vous voulez partager vos pensées à propos de mes articles, ainsi que quelques sources : 1, 2, 3, 4

Livres de la semaine : « Sept ingrédients essentiels pour une vie équilibrée (pour la femme) » et la série policière « Maud Graham » de Chrystine Brouillet.

Espace privé Recalculer cette page *