Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

Pâques, encore d’actualité ?

Emmanuelle M. Masson - 4e secondaire le 28-03-2016 à 22:54


Bonjour, chers lecteurs ! Nous avons eu une semaine de congé pour célébrer Pâques. Pour Noël, nous avons tous de longs congés… pourtant, en général, nous ne faisons que souligner les fêtes d’autres religions sans plus de cérémonie, et ce parce que les racines de notre nation ont été étroitement liées au christianisme. Pourtant, sur un territoire laïc, devrions-nous encore célébrer tant de fêtes que nous sortons de leur réel contexte ? Après tout, maintenant, ce congé est reconnu comme la fête du chocolat plus que pour la fin du carême et la résurrection de Jésus. Alors, chers lecteurs : que symbolise Pâques, maintenant ?

Tout d’abord, il est important de résumer ce que symbolise réellement ce temps de célébration. Pour simplifier cet article, j’écrirai « Pâques » et non « la Pâque », mais si ce débat vous intéresse, n’hésitez pas à vous informer. Tout comme Noël, la fête de Pâques était d’abord une fête païenne, celle de la célébration du printemps, du retour de la lumière après les sombres et froides journées d’hiver, le moment où tout renaît. Pour les chrétiens, Pâques commémore les derniers jours marquant la vie de Jésus Christ : le dernier repas, sa crucifixion, puis sa résurrection. Chez les juifs, la Pâque commémore le souvenir de la fuite d’Égypte. Dans les deux cas, ces journées spéciales sont précédées par un carême de quarante jours qui symbolise la période passée par le seigneur dans le désert ou alors les quarante années vécues dans le désert par le peuple juif.

Maintenant, entrons dans le vif du sujet. Nous ne pouvons évidemment pas nier les racines religieuses du Québec et les valeurs qui ont persisté malgré la séparation de l’Église et de l’État. Nous profitons encore des traditions de rassemblement et de célébration, et ce, que l’on croie ou non en la parole de Dieu. De nos jours, l’aspect religieux est ignoré par de nombreuses personnes pour qui la fête ne symbolise plus que des jours de congé. Mais cette pause permet en fait de se recueillir, de prendre le moment de souffler et de se rappeler les enseignements de fraternité qui sont si chers à notre société. Après tout, c’est aussi une sorte de « passage » que l’on souligne, des interrogations sur la vie et sur la mort alors qu’au printemps, tout renaît et tout reprend ses couleurs. Il est important de pouvoir faire le ménage dans sa tête et dans sa vie, faire le « ménage du printemps », de pouvoir enfin aller prendre une marche pour voir la lumière qui revient et de réfléchir en solitaire ou en famille. Après tout, qu’on croie ou non en la Bible, il faut reconnaître que les récits sont inspirants et méritent ces réflexions et ces rappels : le dévouement de Jésus envers ses pairs et les notions du pardon, de l’entraide et de la vérité, par exemple. Ce n’est pas parce que nous sommes athée, musulman, sceptique, bouddhiste ou quoi que ce soit d’autre que nous devons nécessairement ignorer les enseignements d’une religion et automatiquement les considérer comme faux, sans nécessairement non plus approuver son comportement au fil du temps, surtout lorsque celui-ci est extrémiste (les guerres, les jugements, le contrôle de populations, etc.)

De plus, nous apprenons l’histoire et les différentes cultures du monde à l’école, et c’est dans la même idée qu’il est important de rappeler le sens et l’origine de Pâques au Québec, croyant ou non. C’est pour honorer la victoire de la vie. Cependant, tout comme d’autres fêtes telles que Noël, il est aussi important de se demander si la fête aux belles valeurs ne serait pas en train de sombrer dans le commercial ! Après tout, ne parle-t-on pas plus de la « fête du chocolat » désormais ? C’est de cela qu’il faut s’inquiéter : que le message de la fête soit la course aux chocolats, aux décorations, aux cadeaux plutôt qu’une pause avec la famille, un stress supplémentaire sur le calendrier au lieu d’un moment de méditation. Les symboles disparaissent à présent qu’on fait des chocolats en forme d’ours, de chats, de chiens, de chevaux, bref en forme de tout et de rien. On oublie qu’à la base, l’œuf et la cloche ont une réelle signification. En ce sens, de nombreuses personnes partagent l’opinion qu’il faudrait faire plus d’éducation à propos de Pâques pour rappeler que ce n’est pas qu’une chasse au sucre.

Alors chers lecteurs, je vous le demande : que symbolise encore cette fête pour vous ? N’hésitez pas à me dire votre avis sur le fameux Google Drive ! Voici quelques sources à consulter : 1, 2, 3, 4, 5 Sur ce, je vous souhaite de bonnes réflexions !

Idée de livre de la semaine : bande dessinée « Le bleu est une couleur chaude » de Julie Maroh et « L’enfant de personne » d’Elaine Kagan.

Espace privé Recalculer cette page *