Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

"Mon" concours oratoire

Emmanuelle M. Masson - 4e secondaire le 3-04-2016 à 22:22


Bonjour chers lecteurs ! Certains parmi vous ont peut-être participé ou assisté au concours oratoire du collège le 18 mars dernier. À cette occasion, j’avais moi-même écrit un texte, suivant le thème « Diversité, une richesse à partager ». C’est pour cela que sans plus attendre, je partage avec vous ce texte visant à songer à une perception différente de la diversité. Bonne lecture !

Comme un enfant, aux yeux de lumière, qui voit voler, au loin les oiseaux… comme l’oiseau bleu, survolant la terre, voit comme le monde, le monde est beau…

En cette journée spéciale, il n’y a pas que moi sur cette scène. J’aimerais vous présenter une petite fille, la faire sortir de l’ombre de mon sillage pour lui montrer tout ce qu’elle a à admirer en vous. Elle en meurt d’envie et mérite bien que je lui dédie ma victoire. Je veux aussi lui prouver qu’elle a fait un bon investissement en me choisissant moi, tout comme Disney l’a fait en choisissant Star Wars !

Elle m’a appris à être courageuse avec le sourire et l’audace de son âge et à briser les murs bâtis sur le chemin. Jamais je ne pourrai vivre ce qu’elle a vécu en découvrant la douleur, les dilemmes, la solitude et les injustices. À l’école par exemple, lorsqu’elle fut la seule de son équipe à travailler. J’ai toutes ses leçons de vie pour me guider vers le succès, et la plus importante, c’est sûrement qu’elle a su me pointer le bonheur, la simple joie de trouver la vie dans l’existence pour s’émerveiller. Elle m’a appris que le bonheur ne s’attend pas, qu’il se crée, puisqu’on ne le trouve pas autour de nous, mais en nous. La petite fille a façonné le sien en courant vers des fenêtres pour voir la neige tomber, en tendant les bras pour étreindre quelqu’un, en jouant avec des amis et en chantant à quel point le monde est beau. C’est pour cela que je dois dire merci à cet enfant qui a vaincu tant de démons, un grand merci qui vient du fond du cœur qu’elle fait battre.

Vous m’avez demandé de rédiger un texte à propos de la diversité et je vous ai parlé d’une petite fille et du succès. C’est parce que je ne veux pas seulement vous parler d’une idée, mais vous l’offrir en tendant vers vous une main à la paume ouverte sur mon bonheur. C’est parce que ce n’est pas en isolant la variable X du polygone mathématique de notre existence qu’on est victorieux, ni en écrivant notre vie à la manière d’un grand littéraire ou encore en construisant une fusée pour toucher littéralement aux étoiles. En fait, je vous dis tout ça parce qu’on ne peut cerner le succès individuel, mais nous pouvons cependant cerner le succès collectif : celui de pouvoir vivre et laisser vivre en société, de tous pouvoir faire briller nos personnalités, qui sont nos diversités réelles.

Voyez, nous avons tous cet enfant à l’intérieur de nous qui protège vaillamment notre cœur avec son fort de coussins et ses épées en bois, cet enfant qui ne veut pas juger quiconque avant d’avoir découvert sa personnalité, cet enfant qui ne s’arrête aux couleurs et aux cultures que par curiosité et non à cause d’une peur incompréhensible. Notre succès à nous, ce sont ces enfants-là qui l’ont, ceux que nous étions, que nous pouvons être et que nous pourrons toujours consulter. Ceux-là mêmes qui créent leur enthousiasme quotidiennement tout en protégeant nos vies avec des valeurs simples qui resplendissent dans tout notre être. C’est peut-être une main tendue pour un jeu, une course amicale, une danse d’une innocente gaieté, un sourire honnête, un regard curieux, un rire pur ou enfin un pleur sincère. Chaque jour victorieux pour le monde est en fait un jour où nous pourrions tous nous tendre la main et marcher ensemble.

Le succès, dit-on, consiste à toucher aux étoiles. Mais alors, ne sommes-nous pas tous des étoiles ? Notre gloire, nous l’avons tous en nous, nous l’avons dans la peau. Tous et chacun devons faire étinceler nos personnalités, car je vous le dis : ce sont nos personnalités qui sont l’essence de la diversité ! C’est lorsqu’on entre dans une forêt et qu’on ne s’accroche pas à un seul arbre, c’est plutôt lorsqu’on crée notre propre chemin plutôt que de chercher un sentier battu. La diversité, c’est lorsque nous montons sur cette scène pour montrer un peu de notre parcours. C’est lorsque nous ne sommes pas réellement sans thème puisque nous avons celui de nos vies, c’est lorsque nous vous avons offert nos cœurs sous la bannière d’une langue diversifiée en cette semaine du français.

Voilà ce que je veux vous offrir aujourd’hui : l’occasion de partager votre richesse la plus précieuse, celle de prendre une décision délicieuse… je vous offre quelques secondes pour vous tourner vers votre voisin de siège et, en un mot, lui dire votre passion, ce qui vous anime dans la vie. Allez-y ! Voilà… n’était-ce pas une décision délicieuse ? Ce concert de murmure, comme de la musique… nous découvrons en ce moment que dans la salle, il y a une réelle variété, pas seulement celle qu’on imagine ! Cette diversité fait que nous sommes richs, car elle est infinie et qu’elle n’est là que pour notre émerveillement, qu’elle nous illumine pour nous montrer que rien n’est plus brillant que le sourire d’une personne heureuse. Ne laissez personne vous dicter ce que vous devez être dans la vie, ni vos parents, ni vos amis, ni les livres ou les films : absolument personne ! Parce qu’en écoutant trop les autres, vous oublierez de vous écouter vous-mêmes, vous oublierez que les histoires qu’on vous raconte, ce sont celles des autres et non les vôtres. Vous êtes des humains, pas des pantins issus d’un moule : vous êtes des enfants, des artistes, des rêveurs, des slammeurs, des musiciens, des écrivains, des gens qui aident, des gens aidés… mais vous savez ce que vous devez être avant tout ? Oui. Vous devez être vous-mêmes !

Vous devez être vous-mêmes sous le ciel qui nous unit et qui fait briller nos yeux comme autant d’étoiles. Vous devez être vous-mêmes parce qu’au fond, la diversité, ça n’a rien d’une histoire de main blanche et de main noire, d’œil bridé, de physique ou d’origine. Cette variété que nous recherchons tant, elle a plutôt tout du récit que nous portons tous à l’intérieur et qui sert de rame à notre bateau, qui nous fait voguer dans des eaux aux couleurs de l’âme. Le succès, nous l’aurons tous chaque jour si nous enrayons l’intimidation, la pression sociale et le désintérêt général. Nous l’aurons si nous partageons tous ce rêve de pouvoir tendre nos cœurs les uns vers les autres pour partager, ce rêve où nous nous tendrons les mains et où nous offrirons un sourire aux lèvres ainsi qu’un intérêt sincère.

Mon succès à moi, au fond, c’est de vous faire réaliser que vous avez déjà le vôtre en vous. Remerciez chaque jour cet enfant aux yeux remplis d’étoiles qui guide les battements de votre cœur. Merci, petite fille. Un succès, tu en as au moins un.

À noter que la partie en italique au début était chantée selon « L’oiseau et l’enfant ». Sur ce, chers lecteurs, qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à partager votre opinion sur le fameux GoogleDrive !

Recommandation littéraire : Millénium, par Stieg Larsson.

Espace privé Recalculer cette page *