Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

Psycho

Je te connais, toi, cher lecteur !

Emmanuelle M. Masson - 4e secondaire le 25-05-2016 à 14:27


Cher lecteur, je vois pour toi un avenir… mouvementé. Tu ne lis pas cet article par hasard… lis-tu ce journal d’habitude ? Pourquoi aujourd’hui, spécifiquement, consultes-tu cet article parmi d’autres ? C’est probablement le destin. Crois-moi, tu vas avoir une surprise dans les prochains jours si ce que tu lis dans ces lignes est exact ! Tu es parfois extroverti, parfois introverti… tu as même certains rêves irréalistes, n’est-ce pas ? Tu as des talents encore inutilisés que tu pourrais exploiter. Tu doutes beaucoup de toi-même à l’occasion, de tes décisions. Tu as eu un problème de cœur avec une figure maternelle dans ta famille… une mère, une grand-mère, une tante ? Ou sinon, avec une amie très proche, un jour, quelque chose t’a marqué. Te reconnais-tu ? Chers lecteurs, si c’est le cas, vous avez été victime de votre cerveau – celui-ci cache bien des choses ! Je suis férue de psychologie humaine : autant je suis incapable d’avoir des conversations à propos de la pluie, du beau temps, de tel potin ou de telle histoire d’amour entre deux acteurs, autant nous pourrions parler longuement de raisons psychologiques derrières des actes, de peurs, de rationnel et d’irrationnel, de raisonnement, etc. Cette semaine, j’ai donc décidé de vous livrer deux faits intéressants à propos de la caboche :



L’effet Barnum. C’est ce dont vous avez peut-être été victime au premier paragraphe. Mais éloignez l’idée que ce soit le genre de chose qu’on voit uniquement dans des articles ! Cet effet est utilisé quotidiennement dans les horoscopes pour tenter de les valider et donc d’augmenter les ventes. Les médiums l’utilisent pour vous convaincre que leur boule de cristal vaut votre argent et votre temps. Rappelez-vous les petits porte-clés : « Vous êtes né le 19 avril, votre élément est le feu et comme lui, vous êtes indomptable. » Cet effet, c’est en bref lorsqu’une personne se reconnaît lorsqu’elle lit une description qu’elle pense avoir été faite pour elle selon une base quelconque (test de personnalité passé précédemment, signe astrologique, etc.) La preuve que ce processus n’est pas, quant à lui, bidon, c’est que l’expérience a démontré qu’avec une seule et même description appliquée à de nombreux candidats (qui pourtant avaient une base différente), tous les sujets ont considéré que ladite description leur convenait parfaitement. Sans songer qu’elle était si générale qu’elle englobait aussi leurs voisins ! La conviction d’avoir été si bien décrit leur donnera ensuite l’impression que la source était experte. Comment résister quand nous remplissons nous-mêmes la description, au fond, en comblant les vides et en faisant les contours pour l’adapter à nous et à nos zones grises ? Avez-vous déjà remarqué que ces choses-là proposent une caractéristique puis son contraire ? Par exemple : « Vous succombez de temps en temps à la paresse, mais quand vous êtes motivés, vous travaillez fort et bien. » Qui pourrait ne pas s’y reconnaître, qui dirait que même avec de la détermination, il bâclerait son travail ? Évidemment, vous aurez peut-être remarqué que ces passages sensés décrire votre personnalité ne tarissent pas de louanges… plus c’est flatteur, plus on utilise les mots comme un miroir pour conserver une bonne image de nous et augmenter l’impression d’être très compétent et positif ! Ce n’est pas un signe de manque d’intelligence, c’est un réflexe largement partagé. Cependant, nombreux sont ceux qui tombent dans le piège et qui paient le gros prix à des voyants ou encore adhèrent à des magazines où les prédictions auront été écrites non pas selon les astres, mais par des journalistes normaux selon des règles bien précises : être vague à propos de l’avenir, ne pas parler de malheurs, invoquer la chance. Sources : 1 ; 2 ; 3



La première impression est un café qui se prend chaud : La première impression, c’est important, surtout auprès d’employeurs ou dans le cadre d’entrevues. L’expérience suivante fut menée : d’un côté, des volontaires invités à un rendez-vous et qui font face à un homme tenant plusieurs objets dans les mains, dont un café. Leur seule interaction fut à propos de cette boisson : les volontaires se firent demander de tenir la tasse de café quelques instants. Certains durent tenir une boisson chaude tandis que d’autres, une boisson froide. Par la suite, l’expérimentateur demanda aux volontaires comment ils avaient trouvé l’inconnu rencontré plus tôt. Croyez-le ou non, leur jugement a bel et bien été influencé par la température du café, et pas qu’un peu ! Comme vous pouvez le deviner, les volontaires ayant tenu une tasse chaude ont considéré l’homme comme étant chaleureux et sympathique alors que les autres n’ont pas exprimé cette opinion si clairement. C’est bien parce que la chaleur est associée à une foule de souvenirs heureux : la chaleur d’un parent, des embrassades entre amis, un câlin avec un amoureux, un bain chaud, une maison chauffée par une froide journée d’hiver, etc. Comme quoi il en faut bien peu pour l’inconscient humain avant d’étiqueter une personne ! Source : Science & vie junior, #249, sorti en 2010.

C’est déjà tout pour cette semaine, chers amis ! Et vous, connaissez-vous des idées intéressantes à propos de la psychologie humaine ? Quoi que vous en ayez pensé, n’hésitez pas à commenter les articles sur le fameux GoogleDrive ! Si vous avez apprécié, surtout, dites-le-moi, ainsi je n’hésiterai pas à en refaire. Sur ce, bonne journée !

Recommandation de la semaine : Je suis née au Harem, histoire réelle de Choga Regina Egbeme.

Source image : Logo, Texte de l’effet Barnum

Espace privé Recalculer cette page *