Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

Cyber-humiliation

SE CACHER LA FACE DANS FACEBOOK

Victor Hacala le 10-05-2008 à 06:08


Personne n’est à l’abri du géant qu’est Facebook. Un individu ne possédant pas un compte sur ce site est presque considéré comme un inadapté social. En réalité, je suis d’avis que Facebook est une longue maladie dégénérative, un peu comme un cancer avec plusieurs métastases.

Les 69 millions d’usagers de Facebook ne sont pas tous atteints au même niveau. Certains s’en tireront seulement avec une tumeur bénigne, mais d’autres, malgré tous les traitements, n’en sortiront pas vivants. On peut comprendre la raison d’être de ce monstre créé par Mark Zuckerberg, soit la facilitation d’entrer en contact avec d’autres personnes. Et le problème est justement là. On ne devrait pas substituer de vrais rapports humains par des « pokes » ou des dessins sur la page personnelle de gens que vous n’avez jamais rencontrés en personne.

La facilité induit la superficialité et la déshumanisation des contacts. On ne fait affaire qu’avec son écran d’ordinateur. Facebook est l’incarnation virtuelle de la cocaïne : l’écran désinhibe et peut permettre à quelqu’un d’ordinaire faible et discret de se transformer en brute à l’aide de « posts » haineux sur les « walls » d’autres usagers.

On n’a qu’à penser à une élève du collège Regina Assumpta ayant créé un groupe sur ledit site, où plusieurs élèves ont déversé leur fiel à l’endroit de divers professeurs et élèves. Peu importe le fond de vérité dans ces rumeurs, Facebook ne devrait pas être un endroit pour régler ses comptes. Cette artificialité des rapports humains est un problème majeur, surtout en tenant compte de l’individualisation de notre société.

Espace privé Recalculer cette page *