Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

Critique cinéma

UN ENFANT À GUANTáNAMO

Léo Paquette-Greenbaum le 6-11-2010 à 12:49


Il y a quelques jours, sur la première page du quotidien Le Devoir était affiché le dessin d’un homme dans une cour de justice (je dis bien un dessin, car en cour on n’a pas le droit de prendre de photos). Cet homme s’appelle Omar Khadr. Son arrestation remonte à ses 15 ans.

Récemment, j’ai vu un film appelé Vous n’aimez pas la vérité qui traitait du jeune Omar Khadr, emprisonné à Guantánamo, là où il est resté pendant presque 8 ans.



Avant d’entrer dans les détails, j’aimerais vous parler de la prison de Guantánamo Bay. Tout cela a commencé le 11 septembre 2001, quand la majorité d’entre vous, chers lecteurs, n’était pas encore à la garderie. C’est ce jour-là qu’Al-Qaida a envoyé en mission plusieurs de ses membres-kamikazes pour prendre le contrôle d’avions qui frapperaient le World Trade Center (WTC).

Suite aux attentats contre le WTC, les États-Unis ont déclaré la guerre à l’Afghanistan, car c’est là qu’on croyait que se cachait Oussama Ben Laden. Certains pensent que les Américains ont seulement déclaré la guerre à l’Irak pour « voler » leurs ressources de pétrole.

George Bush, alors président des États-Unis a créé une prison à Cuba pour les combattants arrêtés en Afghanistan. Les prisonniers de cette prison n’ont pas les mêmes droits que les autres prisonniers américains. Cette prison viole même parfois les droits internationaux.

Peut-on donner les mêmes punition juridique aux enfants qu'aux adultes ?Cela dit, laissez-moi maintenant vous donner un petit aperçu du film.

Celui-ci est divisé en quatre parties qui représentent chacune l’une des quatre journées d’un interrogatoire qu’a subi Omar Khadr. Malheureusement, certaines parties sonores ont été enlevées du montage à cause de questions de sécurité nationale.

Au début de ce long dialogue, le jeune de 15 ans accusé du meurtre d’un soldat américain en Afghanistan était assez confiant et très excité. Cela n’a pas été le cas pour les trois prochains jours de son entrevue.

Cet enfant particulier, né à Scarborough en Ontario, vivait dans une famille extrémiste. Son père avait peut-être des contacts avec le chef d’Al-Qaida. Très jeune, sa famille a déménagé en Afghanistan et un jour, alors qu’il se trouvait seul dans une base remplie d’armes, cette base a été attaquée par les États-Unis. Un soldat américain a été mortellement blessé. On ne sait pas si c’est Omar Khadr qui l’a tué ou si cela s’est produit autrement.

Peu après, le jeune Canadien a été envoyé dans ce qui ressemble à un camp de concentration. Et voilà qu’après un mois de torture, il se retrouve à Guantánamo.



Mon but est de souligner que les droits de cet enfant ont été violés. Ni le Canada ni les États-Unis ne veulent venir en aide à Omar Khadr. Les deux pays le jugent encore coupable de ce crime qu’il n’a peut-être même pas commis ! Il restera encore un an dans la prison de Guantánamo, puis sera transféré au Canada pour sept autres années.

Espace privé Recalculer cette page *