Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

Discours inaugural de Jean Charest

À L’ÉCOLE, C’EST « VOUS »

Léo Paquette-Greenbaum le 13-03-2011 à 17:57


Récemment, notre premier ministre du Québec, Jean Charest, a dit qu’il voulait imposer le vouvoiement dans les écoles du Québec. Cela a ouvert un grand débat pour savoir si le premier ministre avait raison. Personnellement, je crois que c’est le cas et près de 85 % des gens qui ont voté sur Cyberpresse.ca ont eu la même opinion que moi. Évidemment, on sait qu’au collège on vouvoie tous les enseignants et les membres de la direction, et que ceux-ci se tutoient entre eux.

Vous avez tous appris que vous (pronom personnel de la deuxième personne du pluriel) représente un groupe de personnes, mais peut aussi désigner une personne qu’on nomme ainsi à cause de son âge, sa classe sociale, sa supériorité à nous, ou simplement par politesse.

Certaines personnes pensent que le tutoiement entre profs et élèves entretient une relation plus profonde et que dans ce cas l’enseignant adoptera plutôt un rôle d’accompagnateur.

D’autre part, on dit que les éducateurs devraient vouvoyer les étudiants pour leur montrer le bon exemple. Une étude a d’ailleurs été faite sur le vouvoiement à l’école et, à la surprise de plusieurs, les élèves des classes où le vouvoiement est imposé étaient plus performants et affichaient un meilleur comportement que les élèves qui tutoyaient leur prof.

Entre les deux extrémités de ce débat, il y a les Monsieur Pierre et les Madame Chantale. Toutefois, ces expressions sont agrammaticales.

En fait, plusieurs élèves tutoient le professeur parce que ceux-ci on de la difficulté à conjuguer la 2e personne du pluriel. Je vous souhaite que ce ne soit pas votre cas !

Espace privé Recalculer cette page *