Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

L’ÉCOSSE, BIENTÔT UN PAYS ?

Roxanne Ocampo Picard - 5e secondaire le 15-10-2012 à 12:05


Après une union de 300 ans avec le Royaume-Uni, l’Écosse a des idées de séparation. Son gouvernement a l’intention de tenir un référendum sur son indépendance à l’automne 2014 où quiconque âgé de 16 ans et plus pourrait se prononcer. Pourquoi pas maintenant ? Les souverainistes se laissent le temps de convaincre une majorité d’Écossais que rester au sein du Royaume-Uni n’est pas à leur avantage. Jusqu’à présent, ça marche ! Les intentions de vote en faveur de la souveraineté sont en croissance constante. C’est pourquoi Westminster préfèrerait tenir le scrutin le plus rapidement possible alors que seulement un tiers de la population voterait « oui » selon les sondages.

Ce n’est pas la première fois que la souveraineté est dans l’air dans le nord de la Grande-Bretagne. Depuis 2007, le projet connaît un nouveau souffle alors que le Parti national écossais a été élu, formant ainsi le premier gouvernement indépendantiste de l’histoire du Parlement d’Écosse. Ce n’est toutefois qu’aux dernières élections en 2011 qu’il a obtenu la majorité. Le premier ministre écossais, Alex Salmond, avait alors annoncé son intention d’organiser un référendum d’ici la fin de son mandat. Quelle meilleure occasion que le 400e anniversaire de la bataille de Bannockburn, une victoire écrasante de l’armée écossaise face aux troupes anglaises pendant la première guerre d’indépendance ? Effectivement, 2014 s’annonce comme une année fort symbolique pour le patriotisme écossais…

C’est à l’unanimité qu’Alex Salmond est désigné comme politicien de l’année 2011. Même ses plus grands opposants ne peuvent nier son charisme incroyable et son talent de persuasion qui ont redonné vie au projet de séparation qui était vraiment tombé à l’eau depuis le dernier référendum de 1979. Toutefois, on critique son plan de joindre l’Union européenne une fois que l’Écosse sera souveraine. Après tout, le but de l’indépendance est d’avoir plus de liberté et l’Union européenne a plutôt tendance à s’ingérer dans les affaires des pays qui y adhèrent.

Entre autres, le rêve d’indépendance carbure –c’est le cas de le dire– à la grande quantité de pétrole qui se trouve dans la mer du Nord et qui, en cas de séparation, reviendrait sans doute à l’Écosse pour la plus grande partie. Ne vous faites pas de fausses idées : ce n’est pas par avarice face à leurs ressources naturelles que les « Scots » désirent avoir leur propre pays ! Comme certains Québécois, ils se considèrent véritablement comme distincts des autres Britanniques. Ils ont une culture qui leur est propre et se retrouvent souvent en désaccord avec les décisions provenant de Londres. Le Royaume-Uni n’est pas si uni que cela finalement. En fait, ce n’est que depuis 1707 que l’Écosse fait partie des quatre nations constitutives du Royaume-Uni. Ce n’est toutefois qu’en 1998 qu’elle obtint finalement son propre parlement grâce au « Scotland Act ». Malgré tout, le gouvernement écossais compte conserver Élizabeth II comme chef d’État quoiqu’il arrive. Ce partage de la monarchie serait un symbole puissant de la bonne entente des nations se partageant l’île de Grande-Bretagne.

Mais tout ne serait pas rose dans une Écosse indépendante. Elle hériterait d’une importante dette nationale et d’un problème quant à la défense du pays (elle ne pourrait plus bénéficier de la protection de l’armée britannique, sans oublier son arsenal nucléaire). De plus, une séparation pourrait engendrer de nombreuses pertes d’emplois, une dépréciation des services sociaux et des pertes au plan des pensions qui proviennent de Westminster. Même si M. Salmond a une formation d’économiste, il ne peut empêcher ces craintes de planer dans l’esprit des Écossais.

Il est inévitable de faire le parallèle avec notre situation au Québec. Après tout, nous venons d’élire un gouvernement péquiste. Minoritaire, certes, mais indépendantiste tout de même. Les référendums, on s’y connait aussi ! Une chose est sûre, peu importe ce qui se passera en 2014, ça fera jaser ici…











Source photo : http://www.blottr.com/sites/default/files/over-50s-say-no-scottish-independence.gif

Espace privé Recalculer cette page *