Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

Inauguration de l’auditorium

Félycia Thibaudeau - 5e secondaire le 31-10-2012 à 23:40


Ouf ! Le 26 octobre 2012 fut toute une journée ! Arrivée à 13h, départ à 22h30 ! Je suis revenue chez moi un peu (beaucoup !) éreintée, mais définitivement fière d’avoir pris part à un événement d’une telle envergure.

Laissez-moi vous relater mon expérience qui, soit dit en passant, se limite à celle d’une élève de la concentration danse. Elle ne vous offrira peut-être pas un aperçu global de toute la journée, mais elle vous révélera certainement l’ampleur de l’événement.

Dès le début de l’année, on nous avait mandatées (« nous » étant les danseuses) de présenter un numéro pour le spectacle de l’inauguration de l’auditorium. Pendant près de deux mois, nous nous sommes investies corps et âme à pratiquer une chorégraphie de George Balanchine intitulée « Sérénade » avec nos enseignantes Suzanne Gagnon et Catherine Sauriol.

En réalité, beaucoup de personnes se sont impliquées dans la préparation du spectacle pour le rendre absolument inoubliable : on compte des élèves bénévoles assidus à leur poste, des élèves musiciens, des enseignants, les directrices adjointes, des techniciens de scène, divers membres du personnel du Collège et une foule d’autres personnes.

Durant toute la journée, j’ai été témoin d’une grande effervescence. Comme il y a eu des déplacements, des ajustements sur la scène (éclairages, rideaux, musique, etc.) et des mises au point de dernière minute ! Tous s’affairaient à leurs tâches, déterminés à ce que même les plus infimes détails soient au poil.

Le programme de la soirée s’est déroulé rondement. L’inauguration s’est amorcée avec la coupe du ruban. Également, l’archevêque de Montréal a béni l’auditorium. En ce qui a trait au spectacle en soi, le public a eu droit à trois pièces de l’orchestre symphonique du Collège, deux pièces de piano par Gianpiero et Luca Teolis, une œuvre de Prokofiev magnifiquement exécutée par les professeurs de l’école de musique de l’école, notre extrait de « Sérénade » de Balanchine et un numéro mettant en vedette le jeune violoncelliste Stéphane Tétrault et la soprano Marie-Josée Lord.

Mais quel événement ! En levant les yeux vers le public durant notre numéro de danse, j’étais estomaquée de voir le nombre de personnes s’étant déplacées pour venir à l’ouverture officielle de la salle Marguerite-Bourgeoys. Presque toutes les 700 places étaient occupées !

Les commentaires suivant le spectacle étaient très chaleureux et positifs. Toutes les personnes que j’ai rencontrées avaient été impressionnées. D’ailleurs, elles avaient été très satisfaites de l’accueil (directions, vestiaire à manteaux, cocktail, dépliants, etc.) Définitivement, l’ambiance était bonne.

Pour ce qui est du déroulement de la journée d’un point de vue un peu plus subjectif (vu que nous étions confinées à rester dans le studio de danse), nous sommes arrivées dans le début de l’après-midi, en forme et reposées, prêtes à entamer moult enchaînements. Tout a commencé avec le peaufinage des costumes : à ce moment-là, le stress n’était pas encore trop installé… Puis, nous nous sommes échauffées, avons pu pratiquer le numéro et avons pris un peu de temps pour nous reposer avant la répétition générale qui s’est relativement bien passée. Vers 4-5h, nous sommes allées manger un repas fourni par l’école : ce fut bien sympathique.

En revenant, c’est là que tout est devenu magique en quelque sorte. Nous étions toutes les filles ensemble dans le studio de danse et nous étions libres. Je regardais les autres danseuses faire les folles, question de se détendre avant le spectacle. Elles avaient mis la musique à fond et dansaient, tournaient en rond sans se soucier de rien. Elles parlaient ou, la plupart du temps, riaient à gorges déployées. C’était beau, tout simplement.

Par la suite, plus tard dans la soirée, nous avons pratiqué encore un peu pour nous remettre la chorégraphie dans le corps avec Mme Gagnon et nous nous sommes maquillées et coiffées. Et voilà, nous étions fin prêtes à inaugurer la salle Marguerite-Bourgeoys ! Les petites discussions, l’intimité, le plaisir : tous ces éléments ont contribué à rendre la journée si belle, si spéciale.

Le fait d’être une équipe, d’être unis, me fait réaliser qu’il beaucoup plus bénéfique de compter les uns sur les autres et de travailler, non pas pour le fruit d’une seule personne, mais pour un objectif commun.

Bref, le spectacle a insufflé une âme à l’auditorium. L’événement n’est pas près d’être oublié…





Source de l’image : http://www.courrierahuntsic.com/Culture/Arts-et-spectacles/2012-08-30/article-3064590/Ouverture-du-nouvel-auditorium-du-college-Regina-Assumpta/1

Espace privé Recalculer cette page *