Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

L’intimidation, il faut lui dire NON !

Emmanuelle Marullo Masson - 1re secondaire. le 18-11-2012 à 13:28


Peut-être avez-vous entendu parler de l’histoire d’Amanda Todd, cette jeune fille qui s’est fait intimider au point qu’elle voulait juste… ne plus vivre ? Cette semaine, je vais vous parler de l’intimidation.

Amanda Todd était une adolescente normale qui avait le goût, comme tout le monde de son âge, de rencontrer des gens. Elle a rencontré quelqu’un sur internet. Plus tard, ce quelqu’un lui a demandé des photos de ses seins. Imprudente, Amanda l’a fait et celui qu’elle croyait être un ami s’en est servi contre elle en la diffusant. Son milieu a pu voir les photos, suite à quoi Amanda a été jugée, sifflée, etc. Elle a même dû déménager plusieurs fois. Puis un jour, elle a rencontré un garçon qui, pensait-elle, l’appréciait. Mais plus tard, elle a été battue par les amis de ce garçon et elle a fait une première tentative de suicide en buvant de l’eau de Javel. Elle se faisait des coupures sur les bras, elle souffrait. Amanda s’est finalement suicidée à 15 ans et son histoire a ému beaucoup de gens.

L’histoire de cette jeune fille n’est pas un cas isolé. Beaucoup trop de gens se font intimider à la suite d’une maladresse, d’une naïveté. Heureusement, de plus en plus de gens se lèvent pour dire « non » à l’intimidation. Ici même à Regina, un groupe d’élèves en deuxième secondaire a pris l’initiative de former le comité « =IT » (égalité). Ces élèves essaient de sensibiliser leurs compagnons de classe face à l’intimidation. Ils sont ont créé trois affiches « dis-le », « faites-vous entendre » et « pense avant de parler » que l’on peut voir un peu partout à Regina.

Chaque affiche représente un personnage différent. Par exemple, celle qui figure sur l’affiche « Dis-le » représente une victime : elle doit parler de ce qui lui arrive. L’affiche « Faites-vous entendre » représente le point de vue des témoins : il doivent dénoncer l’intimidation si on en voit. Et finalement, l’affiche « Pense avant de parler » s’adresse aux agresseurs : ne dites pas de choses méchantes et irréfléchies à vos victimes, vous savez jusqu’où cela peut aller.

Mais à l’extérieur de l’école, il y a évidemment des organismes contre l’intimidation. La Fondation Jasmin Roy par exemple, qui lutte contre la discrimination et l’intimidation, ou encore Jeunesse, j’écoute qui essaie de sensibiliser les gens contre l’intimidation. Pour les victimes, les témoins ou les intimidateurs qui auraient besoin de parler, il y a aussi Tel-jeune, qu’on peut joindre au téléphone, par courriel ou via le forum de leur site.

Moi, je pense qu’il faudrait que les intimidateurs ouvrent les yeux et voient ce qu’ils font. La recherche de supériorité peut avoir des conséquences dramatiques. J’espère qu’avec le temps, les intimidateurs arrêteront et diront eux-mêmes « non » à l’intimidation.

Voici quelques liens utiles, et pour ceux qui voudraient en savoir plus sur l’histoire d’Amanda Todd, j’ai mis le lien de son dernier appel à l’aide sur Youtube.

Tel-jeune

Fondation Jasmin Roy

Jeunesse, j’écoute

Histoire d’Amanda Todd

Espace privé Recalculer cette page *