Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

Votre devoir ce soir : Jouer aux jeux vidéo !

Emmanuelle Marullo Masson - 1re secondaire. le 13-01-2013 à 19:35


Que diriez-vous si, comme étude, vous deviez jouer à un jeu vidéo ? Si le fait de prendre une manette et de mettre un jeu vidéo dans le lecteur de votre console suffisait pour étudier ? Peut-être diriez-vous que je rêve alors que d’autres trouveraient cela merveilleux et me demanderaient « c’est pour quand ? ». Cette semaine, je vais donc vous parler de l’utilité de certains jeux vidéo spécifiques. Les infirmiers qui jouent pour étudier et les jeux qui sont entrés dans les écoles.

Tout d’abord, pourquoi les infirmiers auront-ils droit de jouer à un jeu pour étudier ? Peut-être le savez-vous déjà, car vous auriez pu l’entendre aux nouvelles, mais environ le quart des infirmiers ne réussissent pas leurs examens. Et comme l’explique Jasmine Paradis, chargée de projet à la formation continue de l’Université du Québec à Chicoutimi, « Si l’étudiant ne passe pas l’examen dès le premier essai, il retarde son entrée sur le marché du travail et cela crée d’autres problèmes dans les centres hospitaliers déjà durement affectés par la pénurie de personnel. » Pour remédier à ce problème, l’UQAC et les cégeps de Jonquière, de Chicoutimi et d’Alma se sont tous unis et ont reçu 600 000 dollars de la part du gouvernement pour ce projet de « jeu vidéo unique ».

En France, un jeu met en scène des infirmières et leurs patients dans un centre de santé. On met valeur trois compétences : la transfusion sanguine, la sécurité incendie et le risque infectieux. Lorsqu’on commence à jouer, on a le choix d’un avatar et d’un groupe sanguin propre au cadre de travail de l’apprenant. Plusieurs choses amènent ensuite l’infirmier à devoir changer le dossier de son cyberpatient au plan des transfusions, discuter avec lui ou ses collègues, rassembler le matériel nécessaire, l’étiqueter au bon moment et au bon endroit. Mais s’ils font des erreurs ? Alors, la barre de score baisse d’un ou plusieurs points. Si l’apprenti infirmier arrive sous les 70%, il est « Game over » et doit recommencer. html>

Parlons maintenant des jeux vidéo dans les écoles. Saviez-vous que dans huit pays européens, les jeux vidéo avaient intégré le monde de l’école ? En France par exemple, six enfants de sixième qui avaient des problèmes de dyslexie lourde, de phobie scolaire ou de méthode, ont pu bénéficier de jeux adaptés : « Big Brain Academy, My Word Coach, Text Express » et un jeu plus ludique comme « Farm Frenzy ». Les niveaux sont très progressifs et la réussite est presque toujours au rendez-vous.

Avant, le problème avec ces élèves était qu’ils restaient bloqués sur certains exercices, car ils ne savaient pas comment s’y prendre. Puis, les jeux leur ont appris à diviser LA tâche en plusieurs microtâches. Depuis, leurs moyennes générales ont augmenté et ils se prêtent plus volontiers aux exercices.

Finalement, le dernier volet de mon article concerne l’utilité des jeux vidéo. On dit souvent qu’ils abiment les yeux, mais ils améliorent aussi l’attention visuelle ! Effectivement, des études ont démontré que les joueurs sont plus habiles pour suivre plusieurs objets des yeux et rechercher une cible. Malheureusement, cet argument ne tiendra pas avec nos parents si on veut jouer toute la nuit, car il suffit de jouer dix heures pour bénéficier des avantages pendant plusieurs mois. Jouer entraine aussi la coordination œil-main, car pour jouer, il ne faut pas regarder la manette. Une étude a aussi démontré que les chirurgiens qui jouaient à des jeux avaient plus d’habileté que les autres. On dit enfin que jouer à un jeu vidéo avant de conduire accroîtrait les réflexes des chauffeurs et leur permettrait de mieux conduire. Il est vrai que nos réflexes sont souvent plus aiguisés après avoir joué à un jeu d’action rapide.

Espace privé Recalculer cette page *