Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

Science

Pour chevaucher le mammouth, que diriez vous d’un homme de néandertal ?

Emmanuelle Marullo Masson - 1re secondaire. le 27-01-2013 à 19:43


« Qui veut porter le bébé d’un homme de Néandertal ? », telle est l’annonce publiée dans de nombreux journaux référant au projet fou de George Church. Mais attention chers lecteurs, tout cela est faux ! Cet enseignant d’Harvard a fait la Une des médias bien malgré lui... à cause d’une erreur de traduction.

La nouvelle a fait beaucoup de bruit... jusqu’au démenti du chercheur. Il est peut-être vrai que l’annonce arrive dans un contexte favorable : le génome de l’homo neanderthalensis a beaucoup été étudié ces dernières années, notamment par Svante Pääbo, le directeur du département d’anthropologie évolutionnaire à l’Institut Max Planck de Leipzig, en Allemagne. En 2010, lui et son équipe découvrent quelque chose de très étonnant : l’homme de Néandertal est si proche de nous, les homo sapiens, que les deux espèces pourraient en fait n’en faire qu’une ! Des croisements auraient pu avoir lieu. Imaginez, nous pourrions être des métissages entre homo sapiens et homo Neanderthalis

Revenons maintenant à George Church, surnommé « Savant fou » par quelques internautes. Celui-ci rappelle qu’il est « théoriquement possible » qu’un homme de Néandertal soit un jour cloné. Mais pour cela, il faudrait « créer » une femme de Néandertal qui serait capable de porter un tel fœtus et d’accoucher par la suite. Mais dans aucun des cas, le professeur ne compte faire appel à une mère porteuse ! Il ne travaille d’ailleurs pas sur le clonage, contrairement à ce que certains journaux prétendent. Certains précisent même qu’il est contre le fait de cloner un homme de Néandertal. Qu’en pensez-vous, chers lecteurs ? Certains seront déçus, d’autres ne le seront pas je suppose… Bref, n’est-ce pas bizarre de penser que nous, les homo sapiens qui avons peut-être fait s’éteindre la race des homo Neanderthalensis, serions également la cause de leur résurrection après plus de 30 000 années de repos ?

Pour revenir à nos moutons (ou à nos mammouths !), George Church n’en revient toujours pas. Au début, il a en fait laissé courir le bruit qu’on lui attribuait le projet de cloner un homme de Néandertal. C’est cependant après avoir passé la fin de semaine à lire la fausse histoire sur des blogues qu’il a réagi. Beaucoup le qualifiaient de « savant fou » en parlant du soi-disant projet qu’il avait de prendre une mère porteuse pour cloner un homme de la préhistoire. Par exemple, le Daily Mail titrait « Le professeur de Harvard cherche une mère pour cloner un bébé venu d’une grotte ». G. Church s’alarme du manque de culture scientifique de la population qui, selon lui, devrait être au minimum capable de reconnaître qu’un projet est impossible. Pour le citer, « Le public doit être en mesure de détecter les cas où les choses paraissent invraisemblables », a-t-il déclaré dans une entrevue à son bureau de la « Harvard Medical School » à Boston. « Un bon nombre de détecteurs de mensonge auraient dû se déclencher. Ils auraient dû se dire : " Quoi ? Qui pourrait croire cela ? " Cela montre vraiment que nous devrions avoir une culture scientifique ».

Le généticien a assuré qu’il allait continuer à parler publiquement de son projet d’utiliser les génomes pour prévenir et traiter les maladies. « Étant donné le nombre de débats politiques motivés par la science -de la façon de lutter contre les changement climatiques, à l’exploration spatiale, en passant par les préoccupations de santé publique- les scientifiques ne doivent pas s’éloigner des médias », affirme aussi George Church. « Je ne le recommande certainement pas », a ajouté le chercheur au sujet du clonage d’un homme de Néandertal. « Je dis que, si c’est techniquement possible un jour, nous avons besoin de commencer à en parler aujourd’hui », a-t-il ajouté.

J’espère vraiment que vous avez apprécié l’article de cette semaine, j’ai dû faire plusieurs recherches pour trouver des articles à jour et avec de bons fondements. Il y a cependant une chose dont je ne vous ai pas parlé : les questions d’éthique. Sérieusement, est-ce une bonne idée de vouloir, un jour dans le futur, ressusciter un homme de la préhistoire ? L’homo Neanderthalensis serait le seul de son espèce dans un monde qui le dépasserait complètement, un monde où des yeux seraient braqués en permanence sur lui pour l’étudier. Je vous invite donc à y penser, et... bonne semaine !

Photo 1 : Une dermoplastie d’un enfant néandertalien réalisée par Élizabeth Daynès, qui en a fait bien d’autres, toutes aussi superbes, en collaborant avec des anthropologues. (© Ph. Plailly, Eurelios)

Photo 2 : Trois hommes de Néandertal, réalisé par Élizabeth Daynès.

Espace privé Recalculer cette page *