Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

Vie privée + internet + Facebook = addition impossible

Emmanuelle Marullo Masson - 1re secondaire. le 13-04-2013 à 18:45


Bonjour chers lecteurs ! J’espère que vous avez passé une bonne semaine malgré ce que nous avons pu apprendre au sujet de Mme Forget. C’est pour cela qu’avant de commencer cet article, j’aimerais que nous prenions un moment de réflexion pour offrir de bonnes pensées à Mme Forget et aux membres de sa famille. De plus, j’aimerais souhaiter bonne chance à Charlie Lamothe Bélanger qui quitte Regina pour de nouveaux défis. Bon, maintenant, passons à internet et la vie « privée ».

Comme vous le savez, depuis l’apparition des réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter, la vie privée a perdu un peu de son sens sur internet. Âge, ville, prénom et nom de famille sont des informations souvent révélées sur le Web. Il ne faut surtout pas être naïf quand on va sur la toile. Rappelez-vous Amanda Todd, cette pauvre fille qui avait fait la gaffe de dévoiler sa poitrine à un homme qui l’a ensuite montrée à tout son entourage, entraînant plus tard le suicide de cette jeune adolescente. Et il y a encore plein de cyberattaques, de cyberintimidation, etc. Tout cela n’arriverait peut-être pas si les parents ou les tuteurs sensibilisaient leurs enfants à internet, par exemple : sur quels sites s’inscrire, quoi publier et quoi ne pas publier, etc.

Comme je l’ai dit plus tôt, Facebook, l’un des sites les plus populaires, préoccupe beaucoup de parents qui le jugent comme dangereux. Il est évident qu’il y a des inquiétudes si on voit un adulte que personne ne connaît parmi la liste des amis de son enfant… surtout si l’adulte en vient un jour à demander des photos personnelles. Ce site internet, réservé aux plus de 13 ans je le rappelle, est utilisé par 57 % des 9 à 16 ans et par 80 % des 13 à 16 ans selon une étude américaine. Alors, faites-vous partie des 80 % ou, comme moi, des 20 % des 13 à 16 ans à ne pas l’utiliser ? Les parents ont beau essayer de surveiller leurs enfants en mettant l’ordinateur dans la pièce principale, de plus en plus de jeunes ont maintenant un téléphone intelligent qui leur permet d’y aller en cachette.

Maintenant, j’aimerais vous parler d’une triste histoire qui m’a beaucoup déçue lorsque je l’ai apprise ; celle d’un jeune américain de 18 ans, Tyler Clementi, dont la vie privée a été divulguée sur le web ! Tyler, étudiant de première année à l’Université Rutgers et violoniste plutôt doué, avait demandé l’appartement à son colocataire pour la soirée. Ce dernier, devinant la raison de cette demande, a mis une webcam dans la chambre puis est allé chez son ami pour l’activer. C’est alors qu’il a découvert son camarade au lit avec un garçon. Sur le compte du colocataire, désormais fermé, on pouvait lire « Le colocataire (Tyler) a demandé la chambre jusqu’à minuit. Je suis allé dans la chambre de Molly et j’ai allumé ma webcam. Je l’ai vu sortir avec un mec. Yay ». « Yay » ?! Savait-il seulement la conséquence de ses actes lorsqu’il a publié cela sur internet ? Avant sa mort, le pauvre Tyler a posté un message sur Facebook : « Je vais sauter du pont GW, désolé. » Cela me fâche et me dégoûte d’écrire tout cela, pourtant je le fais car je veux vous montrer les conséquences de toutes cette histoire. Quand j’ai découvert cela, ma première pensée a été « Arkh, j’en reviens juste pas que certaines personnes agissent sans réfléchir et tombent aussi bas ! » assaisonnée de quelques insultes à l’égard du colocataire qui risque maintenant l’emprisonnement.

Voilà, c’est déjà la fin. Je sais qu’il y a beaucoup de sensibilisation sur le fait qu’internet est dangereux, méchant, vilain, etc., mais avec toutes ces histoires, je ne peux m’empêcher de penser que le message ne passe pas, car force est de constater que l’intimidation continue. Bonne semaine !

Espace privé Recalculer cette page *