Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

LA PRESSE, UN NOM JUSTIFIÉ ?

Léo Paquette-Greenbaum le 28-04-2013 à 23:04


La Presse est un quotidien imprimé depuis 1884 à Montréal. Elle tire son nom d’une invention apparue il y a environ 450 ans de cela  : la presse à imprimer, inventée en 1439 par Johannes Gutenberg. Le jeudi 18 avril 2013, La Presse fut introduite sur iPad dans un nouveau format intitulé La Presse+. Supposément, La Presse arrêterait de produire son format papier une fois que l’application iPad gratuite aurait un certain nombre d’utilisateurs.

Ce nouveau format offre plusieurs avantages sans mentionner la gratuité (La Presse imprimée a un prix unitaire de 95 cents). Tout de suite, en réduisant la taille du médium, finis les inconvénients avec le gros papier journal. De plus, les lecteurs verront une amélioration des couleurs et de la qualité de l’image sur l’iPad. Le nouveau format permet aussi de consulter les éditions des jours antérieurs. Le journal interactif permet également de visionner des images en grand format ainsi que des vidéos pour accompagner les articles. Même les publicités sont interactives. La Presse devrait-elle bientôt changer son nom pour « L’Écran » ou « Le Pixel »  ?

Malgré cela, je préfère le format imprimé du journal par rapport à l’application La Presse+ pour plusieurs raisons. J’ai ainsi dressé une liste de critiques envers le format électronique pour justifier mon désaccord avec la nouvelle tendance électronique :
— Il n’est pas très plaisant d’être exposé tout de suite à six heures et demie du matin à la lumière vive de l’écran tactile.
— La lecture dans le nouveau format nécessite beaucoup de manipulation avec les doigts, ce qui n’est pas idéal lorsqu’on est en train de déjeuner (attention aux doigts empreints de graisse).
— Le format traditionnel du journal offre une lecture paisible sans distractions  ; les grosses pages du journal créent ainsi un mur entre le lecteur et le monde extérieur alors que ce mur est absent sur le format iPad. De plus, plusieurs autres distractions sont présentes sur le format virtuel, dont des vidéos et des publicités interactives.
— Le format iPad n’a pas la bonne odeur du papier journal.
— Le format iPad est plus fragile et il est impossible d’en faire du papier mâché.

Cependant, je suis prêt à faire face au changement et j’espère que d’autres améliorations, comme l’introduction de l’application pour d’autres tablettes électroniques, y seront ajoutées pour plaire aux lecteurs plus capricieux (dont moi). Finalement, si ce n’est que pour ça, ce n’est pas un si grand sacrifice à faire pour aider la planète en réduisant notre consommation de papier.

Logo de l’article : marketingmag.ca

Espace privé Recalculer cette page *