Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

L’humain, toujours plus loin !

Emmanuelle Marullo Masson - 1re secondaire le 21-05-2013 à 17:20


Énigme de la semaine : Un forgeron forge et il travaille sur un bout de métal brûlant. Soudainement, le magicien local apparaît et lui dit :« Donne-moi un écu et je le lèche. » Le forgeron s’exécute et lui donne l’argent, puis le magicien s’exécute… et ne se brûle pas la langue ! Comment est-ce possible ?



Bonjour chers lecteurs ! Alors, cette semaine de quatre jours vous a-t-elle plu ? Moi oui en tout cas ! Comme vous le savez probablement, la fête des Mères a eu lieu récemment, jour où les mamans sont mises à l’honneur durant toute la journée. Sinon, vous avez probablement entendu parler de Chris Hadfield, l’astronaute. Cette semaine, ce Canadien m’a inspiré à parler de sa mission et, pourquoi pas, du premier homme à avoir marché sur la Lune.



Tout d’abord, parlons un peu de M. Hadfield, un homme de chez nous qui est allé loin (l’espace, ce n’est pas la porte d’à côté !) Cet astronaute canadien a réalisé plusieurs expériences dans l’espace. Par exemple, comment l’eau réagit-elle face à l’apesanteur ? Avec lui, nous avons découvert que tordre une débarbouillette imbibée d’eau dans l’espace donnait autant de résultats que lorsqu’on pleure : l’eau reste accrochée à la débarbouillette. Mais si vous pensez que l’équipe d’astronautes s’est limitée à une dizaine d’expériences, vous vous trompez ! 130 expériences scientifiques ont été réalisées durant le séjour dans l’espace ! La semaine dernière, Chris Hadfield et deux autres astronautes sont revenus sur Terre. Peut-être pensez-vous qu’il est en pleine forme et que ce voyage dans l’espace lui a donné l’impression de rajeunir ? Comme vous vous en doutez, ce n’est pas tout à fait le cas.

« C’est tellement difficile à croire. J’étais en orbite, j’avais des journées pleines, beaucoup de choses à faire. Revenir sur Terre, ce n’est pas facile. Cette période de réadaptation est difficile », a-t-il confié. Pour le confirmer, le médecin-chef Raffi kuyumjian annonce que « Voler dans l’espace pendant plusieurs mois est un peu comme de vieillir prématurément. Aujourd’hui, Chris se sent comme un vieil homme ! Il traîne parfois ses pieds en marchant, il a mal au dos, a de la difficulté à tourner les coins et entre parfois en collision avec eux ! Il se sent étourdi et trouve difficile de monter ou descendre des escaliers. Sa dextérité manuelle est aussi affectée ». Il est vrai qu’après avoir passé tout ce temps dans l’espace, en absence de gravité et où il faut faire de l’exercice chaque jour pour empêcher par exemple les muscles de s’atrophier, le retour à notre Terre et à ses contraintes peut être difficile.



Maintenant, avant la fin de cet article, je vous propose un bond en arrière dans le temps. Nous sommes en 1969, année où l’homme a marché pour la première fois sur la Lune. Savez-vous pourquoi les États-Unis ont relevé ce défi ? Pourquoi avoir mobilisé 400 000 hommes et 25 milliards de dollars pour envoyer un homme sur la Lune ? Car ce n’est pas en se levant un matin qu’on décide cela ! C’était pour répondre aux Soviétiques qui avaient envoyé le premier homme dans l’espace, Iouri Gagarine. Les États-Unis ont alors riposté en envoyant non seulement un homme dans l’espace, mais aussi en le faisant marcher sur la Lune ! Lorsque Neill Armstrong, désigné pour faire les premiers pas (c’était un civil et non un militaire comme ses deux compagnons de voyage), posa son pied (le pied gauche, pour les intéressés) et prononça la célèbre phrase « Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité », c’est un milliard de personnes qui suivaient directement (ou presque) cet exploit via une transmission télévisée !



C’est déjà tout, malheureusement ! J’aurais aimé vous parler un peu plus, mais il me manque de temps... ou plutôt, il me manque de mots ! Car je ne peux pas vous faire des articles de 2000 mots quand même. Bonne semaine !



Réponse à l’énigme : Cela est possible, car l’écu n’est pas brûlant ! Relisez bien, il dit : « Donne-moi un écu et je le lèche », ou si on veut : « Donne-moi un écu et je lècherai cette pièce de monnaie ». En aucun cas le magicien ne parlait de lécher le morceau de métal brûlant !

Espace privé Recalculer cette page *