Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

Moi et (encore) mes mammouths !

Emmanuelle M. Masson - 1re secondaire le 3-06-2013 à 23:26


Énigme de la semaine : Un homme riche est mourant et fait venir auprès de lui ses deux fils. Il leur annonce ceci : « Voyez-vous à l’horizon le minaret de la ville voisine ? Bien, celui d’entre vous deux dont le cheval arrivera en dernier au pied de ce minaret héritera à lui tout seul de mon immense fortune. » Les deux garçons se précipitent vers l’écurie, et partent à cheval au triple galop vers la ville voisine. Pourquoi ?



Bonjour chers lecteurs ! Bonne nouvelle : plus que 15 jours d’école avec la semaine d’épreuves intensives ! Cette semaine, alors que l’on approche de la fin, je vais vous reparler de mon tout premier sujet d’article : les mammouths et le clonage. Il y a du nouveau : une nouvelle découverte a été réalisée !



Vous avez sûrement entendu parler du mammouth exceptionnel trouvé récemment, mammouth dans lequel du sang liquide avait été conservé même après tous ces millénaires ! Ce sang pourrait-il servir à un éventuel clonage ou est-ce encore une mission impossible ? La température était à – 10 °C lors de la découverte du mammouth, de sorte que la découverte de sang liquide fut assez surprenante, car le sang gèle habituellement à -0,6 °C. « On peut supposer que le sang de mammouth avait certaines propriétés cryoprotectrices. Le sang est très sombre, il a été trouvé dans des cavités glacées en dessous du ventre et quand nous avons rompu ces cavités avec un pic, le sang a jailli », explique Semyon Grigoriev, chef de l’expédition. Cette découverte a eu l’effet de renouveler la discussion sur un possible clonage pour faire revivre l’espèce. Au début de l’année, je vous avais parlé d’une autre découverte du chercheur, mais l’excitation s’est dissipée lorsque nous avons appris que nous avions été victimes d’une erreur de traduction rendant la découverte plus impressionnante qu’elle ne l’était.



Quelque chose d’autre a troublé les chercheurs, qui l’étaient pourtant déjà assez. Le sang n’a pas non plus gelé dans le congélateur des chercheurs, par -17 °C ! Selon Kevin Campbell, de l’université du Manitoba, il y aurait plusieurs hypothèses possibles. Par exemple, comme expliqué un peu plus haut, l’animal produisait peut-être un antigel naturel qui a pu se concentrer au cours du temps, faisant que le point de congélation du sang a pu s’abaisser. Une autre hypothèse impliquerait des bactéries : la poche avec le sang aurait pu être contaminée par des bactéries qui auraient pu produire des molécules d’antigel. Il faudra toutefois attendre le résultat des recherches avant d’avoir un résultat !



Les chercheurs cherchent de l’ADN viable, soit de l’ADN en suffisamment bon état pour être utilisé dans le cadre d’un éventuel clonage. Mais cela paraît assez improbable, car l’ADN se fragmente au cours du temps. Mais qui sait, le mammouth renaîtra peut-être ? Selon un expert cependant, seules les observations microscopiques pourront affirmer que c’est bien du sang qui a été trouvé. Mais si c’est bien ce liquide qui coule dans nos veines que nous avons trouvé dans le pachyderme, de nouvelles questions émergeront et d’autres études devront être faites. Chez certains poissons de l’Arctique, un cryoprotecteur naturel coule dans les veines. Serait-ce également le cas du mammouth, alors qu’aucun mammifère connu n’a cette propriété impressionnante ?



Mais est-ce vraiment une bonne idée de faire renaître une espèce éteinte depuis des années ? Un animal comme cela est mort pour une raison : il devait être dépassé par le monde et n’y trouvait peut-être plus sa place. Avant, il pouvait vivre, car les ressources lui convenaient, il avait l’immense banquise à lui tout seul. Maintenant, le réchauffement climatique fait reculer les banquises, et en plus, des villes ont pu fleurir près d’endroits où les mammouths avaient l’habitude d’aller. Et qui dit que le monde offre encore ce dont il a besoin ? Qui dit que le mammouth ne mangeait pas quelque chose qui, aujourd’hui, n’existe plus ? Faire revivre ce pachyderme n’est peut-être pas la meilleure solution, il serait sûrement très nerveux : on le serait pour moins, imaginez tous les yeux braqués sur lui en permanence !



Réponse à l’énigme : Chacun a pris le cheval de l’autre. Ainsi, cela fait en sorte que celui qui arrivera premier y arrivera avec le cheval de son frère et donc, il aura la fortune, car son cheval à lui sera dernier.

Espace privé Recalculer cette page *