Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

Quel est le rôle de l’école ?

Emmanuelle Masson - 2e secondaire le 14-09-2013 à 11:38


Énigme de la semaine : Un très noble seigneur a, à son château, un fou du roi. Le seigneur l’adore, car ses blagues sont toujours drôles et il ne manque jamais à l’appel. Cependant, un jour, le roi vient visiter le seigneur et ce dernier demande au fou de leur raconter une blague. Par malheur, le fou fait une blague sur la femme du roi ! Le grand roi, vexé, ordonne au seigneur de tuer le fou et s’en va. Le seigneur, coincé, dit alors à son fou qu’il pourra choisir de quelle façon il veut mourir ! Comment le fou s’en sortira-t-il ?

Yep yep ! Bonjour chers lecteurs ! Alors, comment avez-vous trouvé le pique-nique ? Samedi matin, dès que mon alarme a sonné à 9h25, je ne savais pas encore de quoi j’allais vous parler ! J’ai même hésité à écrire, étant donné qu’il ne me semble pas que le journal étudiant soit encore en ligne à l’heure où j’écris ces lignes… Bref, j’ai donc cherché en compagnie de mes oreillers de quoi je pouvais bien vous parler ! Le lac Mégantic ? Tout le monde en a entendu parler. Des actualités ? On vient de commencer ! J’ai donc choisi de vous raconter une histoire. Pas n’importe laquelle ! L’histoire de l’école… et un peu celle de Regina Assumpta.

Commençons avec l’histoire de l’école. Beaucoup disent que c’est Charlemagne qui l’a inventée, mais nous sommes tous dans l’erreur ! L’école était déjà là, même au temps de l’Égypte ancienne en -4000 av. J-C ! Des prêtres enseignaient des bases arithmétiques, mythologiques et religieuses. C’est un peu le concept de l’école qui naît, basé sur la transmission du savoir. Évidemment, les filles et les garçons ne sont pas sur un pied d’égalité ; l’une apprend à danser et l’autre apprend à écrire. Plus tard, en -600 a.v. JC, la Grèce suit lentement le rythme avec l’enseignement grammatical et rhétorique. L’enseignement devient presque une nouvelle mode au fil des âges : Égyptiens, Romains, Grecs… beaucoup d’enfants et de jeunes hommes de nobles familles sont ainsi scolarisés.

Faisons un bond dans le temps et laissons l’école se développer un peu ! J’aimerais vous parler de Charlemagne. Il n’a pas inventé l’école, mais il a toutefois grandement aidé à son développement ! Charlemagne a, durant son règne, développé le concept de l’école. Selon http://www.jedessine.com, Charlemagne aurait lui-même été un illettré. Ayant souffert de cela, il aurait alors prisé le concept de l’école et aurait ouvert une académie dans son palais, puis des écoles supérieures dans les monastères et des écoles dans les paroisses. Plusieurs personnes, mais pas tout le monde, purent apprendre à lire, écrire et compter. En 1833, il obligea aussi chaque village à ouvrir une école, mais les filles n’y avaient pas accès. Cela fut rectifié en 1850 lorsqu’on ordonna aussi la création d’une école pour filles.

Si nous devons remercier quelqu’un d’autre que Charlemagne, c’est aussi Jules Ferry ! Grâce à lui, les écoles sont devenues laïques, gratuites et obligatoires. Du fait qu’elles soient laïques, elles ne dépendaient plus de l’Église, ce qui entraînera un enseignement un peu plus ouvert. Évidemment, tous ces changements ne se font pas en un jour, les écoles ne se transforment pas en claquant des doigts. Mais, au fil du temps, tout a changé et l’école a pu devenir lentement ce que nous connaissons aujourd’hui.

Maintenant, parlons un peu de Regina Assumpta ! Nous savons tous que c’est grâce à Marguerite-Bourgeoys qu’aujourd’hui, vous pouvez dire que vous allez dans ce collège. Marguerite-Bourgeoys aurait fondé la Congrégation de Notre-Dame. Cette femme vint s’installer ici et organisa plusieurs choses, comme par exemple la construction d’une chapelle. Marguerite pris sous son aile les « filles du roi », de jeunes femmes venues pour fonder des familles dans la colonie. Beaucoup plus tard, en 1955, Regina Assumpta voit le jour. C’est un collège pour les jeunes filles où on retrouve un enseignement primaire et secondaire. Dès 1968 cependant, l’école veut se consacrer à l’enseignement secondaire dès que les dernières élèves inscrites au primaire finissent leur 6e année. Pendant quelque temps, le collège fut public, mais retourna au privé après trois ans d’alliance avec la Commission des écoles catholiques de Montréal. En 1996, le collège devient mixte et accueille des garçons dans son enceinte. Il y a eu beaucoup de constructions et de changements depuis 1955, mais je ne les nommerai pas toutes et je vous invite donc à consulter ce site.

J’espère que vous avez aimé l’article de cette semaine ! Il a fallu quelques recherches ici et là. Bonne semaine !

Réponse à l’énigme : Le fou choisira de mourir de vieillesse.

Espace privé Recalculer cette page *