Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

Cinéma

LA BEAUTÉ SUR UNE TÉLÉVISION PLASMA 2008

Léo Paquette-Greenbaum - 5e secondaire le 1er-10-2013 à 22:31


50 années de films en moins de 50 films. Cet été, je voulais regarder tous les films que je n’avais pas eu l’occasion de voir. Ces films ont vite pris la forme d’une liste composée au début, majoritairement, de longs-métrages d’Almodovar, puisque je voulais faire une rétrospective de son œuvre à partir de 1988. Puis, se sont ajoutés à cette liste tous les films que je suis allé voir au cinéma. À la fin de l’été, j’avais regardé quatre douzaines de films sur internet, sur DVDs loués à la Boîte noire et en salle. Me voilà en train de travailler déjà sur une deuxième liste ! Eh oui, quand tes amis sont tous en voyage, pas besoin de t’en faire de nouveaux si tu as un écran plasma.

Anyways... les voici dans toute leur gloire, les « highlights » de ma liste (que vous pouvez voir au complet ici) et quatre coups de cœur que je vous présenterai en détail :
Les parapluies de Cherbourg (1964)
Les demoiselles de Rochefort (1967)
The Party (1968)
A Clockwork Orange (1971)
The Shining (1980)
Paris, Texas (1984)
My Girl (1991)
Lolita (1997)
The Big Lebowski (1998)
All About My Mother (1999)
Broken Embraces (2009)
Les amours imaginaires (2010)
The Perks of Being a Wallflower (2012)
The Bling Ring (2013)
Les amants passagers (2013)

Les demoiselles de Rochefort
Les belles images ont toujours occupé une partie importante dans mon appréciation d’oeuvres cinématographiques. Ces quatre films ci-dessous ont autant plu à mes yeux qu’à mon âme. Que ce soit pour leurs images remplies de couleurs captivantes, pour leurs belles images, pour leur composition intéressante ou pour un mélange de tout cela, mes yeux mon remercié de n’avoir pas regardé tout cela sur mon ordi. Mon amour pour Les demoiselles de Rochefort ne peut s’expliquer que par cette seule vidéo. Allez-y, regardez-la ! Années 60 ? Coché ! Catherine Deneuve ? Coché ! Gene Kelly ? Coché ! Une chanson thème que je chante encore aujourd’hui ? Coché ! Des couleurs vives ? Coché ! L’art, la musique ? Coché ! Coché ! Une fin heureuse et une histoire pas trop compliquée ? Coché !
Cette histoire raconte les aventures de jeunes sœurs jumelles nées sous le signe des gémeaux (mi fa sol la mi ré, ré mi fa sol sol sol ré do) cherchant un homme bon, cherchant un homme beau, bref un homme idéal, avec ou sans défauts ! On assiste à de scènes mélancoliques et à de joyeuses coïncidences, nous donnant envie de rire, sourire, mais surtout danser !



The Shining
Ma mère m’avait bien mis en garde à propos de The Shining. J’ai donc pris toutes les mesures pour survivre à, selon elle, le plus cauchemardesque de tous les films d’horreur. Oui. J’ai regardé The Shining sur un huitième de l’écran de mon portable, dans la chambre de mon frère, pendant qu’il jouait aux jeux vidéo et que moi je jouais, les lumières ouvertes, à démineur. J’ai quand même frissonné ! Jack Torrance, un auteur en manque d’inspiration se fait donner l’opportunité d’occuper pendant une fermeture temporaire, le poste de concierge d’un hôtel isolé, construit sur un site funéraire amérindien. Son état mental se dégrade rapidement et pour des raisons inconnues, il est poussé à commettre l’irréparable. Les images mystérieuses, sinistres et un peu nostalgiques de ce film nous donnent l’impression d’être à la fois dans un rêve et dans une brutale réalité.

Paris, Texas
Regardez ce film à la manière des sourds, appréciez-le. Regardez ce film à la manière des aveugles, appréciez-le. Regardez ce film à la manière du commun des mortels et appréciez ce spectacle de sensationnalisme qui vous est offert. Dès la première minute du long métrage, on assiste à la beauté du paysage pittoresque du sud des États-Unis, amplifié d’une musique d’ambiance par Ry Cooder. Un homme perd la mémoire après un long voyage dans le désert. Il est alors hébergé par son frère, le père adoptif de son fils, qui le croyait mort depuis des années. Il retrouve lentement une raison de vivre et reprend la route, cette fois avec son fils, pour l’amour et pour la famille. Comprenant tant de moments de beauté que de moments de tristesse, Paris, Texas est un classique à ne pas manquer !

Les amants passagers
J’anticipais l’arrivée en salle de ce film depuis longtemps. Il en avait d’ailleurs été question dans un de mes articles de l’année dernière pour la simple raison que j’adore Pedro Almodovar ! Connu pour ses drames très lourds, Les amants passagers ou I’m So Exited était exactement comme il l’avait décrit : une comédie très légère et très, très sexy ! Vous connaissez sûrement la blague des trois personnes dans l’avion qui va s’écraser, et bien ce film ressemble beaucoup à cette blague. Un pilote et trois agents de bord homosexuels, un tueur à gages, une vierge capable de prévoir l’avenir, un couple récemment marié et une réalisatrice de films pornographiques ne savent pas si l’avion dans lequel ils voyagent pourra atterrir de manière sécuritaire. La tension monte et la limite entre l’humain et l’animal se brouille.

Chanson du moment : Roar de Katy Perry (Ouais... je sais.)



Logo de l’article : criterion.com
Images : tumblr.com

Espace privé Recalculer cette page *