Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

Musées

PAQUETTE-GREENBAUM S’EN VA AUX MUSÉES (avec 1$ dans sa poche)

Léo Paquette-Greenbaum - 4e secondaire le 19-11-2013 à 17:17


On peut reprocher plusieurs choses à Mme Marois, mais à l’occasion de la Journée de la culture, notre première ministre a baissé le prix d’entrée à 1 $ pour les jeunes de 13 à 17 ans dans trois musées provinciaux, dont un seul à Montréal (voir le reste de l’article). C’est tout ce que j’ai à dire sur cela. Bravo Pauline...
Bon, sur le même thème, je vous présente deux nouvelles expositions à Montréal, que vous pourriez voir à un dollar ou moins !



Beat Nation ; Art, hip-hop et culture autochtone. Prix d’entrée : 1 $
Situé au Musée d’art contemporain de Montréal, l’exposition Beat Nation peut vous sembler à première vue comme un bric-à-brac d’artistes autochtones tentant d’incorporer des éléments traditionnels dans leurs œuvres ou bien comme un cri du genre « Ayez pitié de nous ! Regardez comment nous nous sommes fait détruire par les blancs ! » NON ! Détrompez-vous. Beat Nation est un témoignage d’artistes post-modernes qui racontent leur histoire à l’aide de la culture urbaine, et ce, dans un cadre multimédia. De la sculpture à la vidéo, en passant par le graffiti, on y retrouve de tout. Même si on en connaît peu sur ces artistes, on peut déduire une partie de leurs expériences, car leurs œuvres racontent beaucoup leur vécu, leur personnalité.



Après, vous pourrez visiter l’exposition semi-permanente, La Question de l’abstraction, juste à gauche. Celle-ci est un ensemble d’œuvres abstraites réalisées par des artistes canadiens à partir des années 40. Un peu choquant ? Ouais. Un peu My Kid Could Paint That ? Définitivement.



Rad Hourani sous toutes ses coutures ; 5 ans de création unisexe. Prix d’entrée : gratuit
J’ai déjà abordé la question de la frivolité du genre auparavant. Rad Hourani, ce créateur de mode originaire de Montréal, essaie au quotidien de défaire les limites physiques, mentales et du genre dans notre société contemporaine. Jusqu’au 30 novembre, vous pourrez voir au tout nouveau Centre Phi, une sorte de bilan de l’œuvre du tout premier créateur de mode unisexe et du premier Canadien à entrer dans le cercle de la haute couture. Quelques-unes de ses créations sont aussi présentes dans la boutique du musée. Par contre, celles-ci dépassent de loin le prix du 1 $ ! Pour maintenant, l’androgynie vestimentaire reste un luxe pour bourgeois seuls.



Chanson de la semaine : In for the Kill de La Roux



Logo de l’article : macm.org
Logo pour le survol : phi-centre.com

Espace privé Recalculer cette page *