Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

Recette pour ne pas se planter aux examens de Noël

Emmanuelle M. Masson - 2e secondaire le 1er-12-2013 à 16:08


Énigme de la semaine : Une pièce sans fenêtre dispose d’une ampoule. Trois interrupteurs sont placés à l’extérieur de cette pièce. Sachant que les trois interrupteurs sont en position « fermée » et qu’on n’a le droit d’entrer qu’une fois dans la pièce, comment savoir quel est l’interrupteur qui éclaire cette ampoule ? Précision : on ne peut pas laisser la porte ouverte, on ne peut pas se faire aider de quelqu’un et la porte ne contient pas de fenêtre.

Bonjour chers lecteurs ! Ceci est un article que j’ai écrit l’année dernière, c’était censé être le dernier de l’année pour les examens de juin, mais malheureusement il n’a pas été envoyé à temps et je l’ai gardé en réserve depuis ce temps-là ! Aujourd’hui donc, an ce 30 novembre, il a été révisé et amélioré juste pour vous… car comme nous le savons tous, le temps peut passer très vite et les examens de Noël arriveront bientôt ! La solution n’est pas d’étudier le plus vite possible et de courir vers l’examen en espérant avoir retenu quelque chose ou encore de dormir sur ses cahiers en faisant confiance à la télépathie !

Tout d’abord, il faut que vous ayez un horaire d’étude pour savoir quoi étudier et quel jour l’étudier. Je m’explique : si vous n’avez rien sous la main avec écrit noir sur blanc « Lundi – étudier géographie », rien ne vous oblige à quoi que ce soit dans votre tête. Vous serez porté à vous dire « Bouarf, demain ! »Et le lendemain, vous n’étudierez que le huitième de la matière à comprendre et vous réussirez… à ne pas la retenir ! Si vous avez un emploi du temps, vous pourrez savoir chaque soir quel livre apporter à la maison pour étudier la matière avant l’examen, et votre temps durant la semaine d’examen intensif sera mieux organisé. Par conséquent, vous aurez plus de temps pour jouer à Minecraft ou WoW que si l’on doit vous forcer la main pour que vous ouvriez votre sac ! Pour vous aider, je conseille personnellement de retenir les dates des examens et d’établir un horaire plus ou moins détaillé : par exemple, pour géographie, deux soirs d’étude peuvent se prévoir pour étudier plus attentivement l’une ou l’autre des parties du plan d’étude.

Surtout, surtout, n’essayez pas d’étudier si vous savez que vous ne retiendrez pas la matière ! Car, même si vous ne le remarquez pas sur le coup, il est facile de lire sans rien retenir. Les informations n’arrivent même pas jusqu’à notre cerveau, et plus tard, il est facile de dire « Eh ! C’était plus facile que je ne le pensais, cette matière ! » On est distrait, on pense à autre chose, mais nos yeux continuent quand même à lire et à la fin, on n’a rien retenu. Essayez d’être attentif à cela quand vous lisez. Et ne passez pas des heures et des heures d’études « non-stop » : cela reviendrait au même ! Il vous faut prendre des pauses. Mais on s’entend : pas une chaque 5 minutes ! Supposons par exemple que vous ayez deux chapitres complètement différents à étudier : si vous révisez les deux l’un à la suite de l’autre, vous risquez de mélanger des matières qui ne doivent pas l’être. Ce que je vous conseille, c’est de faire le premier attentivement et, rendus à la fin, vous arrêtez un peu et vous relaxez. Allez faire du vélo (quand je vous dit que j’avais d’abord écrit cet article en prévision des examens de juin !), lisez, faites ce que vous voulez, mais quelque chose qui pourra être abandonné facilement ; les jeux vidéo avec les amis pourraient être difficiles à arrêter si vos amis vous disent « Rohh allez, reste ! » Il y a aussi un système qui consiste à avoir un peu de musique en arrière-plan (si vous êtes capable de le faire, évidemment). La matière peut être retenue en chantant, cela peut aussi rythmer certaines pauses : « Je fais jouer la musique cinq fois, et après je lis un peu ! »

Il vous faut trouver votre propre truc pour étudier : demandez à vos parents ou amis de vous lire les questions, lisez à voix haute, présentez la matière à des peluches en les appelants « élèves » ; à chacun son truc ! Mais ce qu’il faut tous avoir, c’est de la motivation ! Trouvez pourquoi vous étudiez : réussir ses examens évidemment, mais il faut voir plus loin. Par exemple, étudier les maths en particulier pour devenir mathématicien ou l’histoire pour devenir historien. Tentez aussi de faire des synthèses de votre cours et de faire des liens : par exemple, en histoire, il y a beaucoup de liens à faire ! En voici un exemple : « Politique d’enclosure pousse les paysans vers la ville -> les villes s’agrandissent. » C’est aussi simple que cela ! « Des textes de l’Antiquité sont découverts -> une nouvelle façon de penser se développe au Moyen Âge ». Non seulement cela crée des liens entre les éléments appris, mais en écrivant ces liens, vous êtes un peu obligés de comprendre la matière pour ne pas prendre le risque d’écrire n’importe quoi. Je me souviens aussi d’un moyen pour retenir des choses, appris en 1re secondaire, qui était de constituer une phrase plutôt que de retenir des mots les uns après les autres. Par exemple, au lieu de retenir « valeurs humaniste : tolérance, paix », on peut écrire « La paix et la tolérance sont importantes pour les humanistes ». La preuve que j’ai pour démontrer que ce truc marche ? Je me souviens encore d’une phrase que j’avais écrite dans l’ABC du travail en MTT ! « Les jupes en corde sur la montagne… »

L’essentiel, la plupart du temps, ce n’est pas d’apprendre : c’est de comprendre. Si vous comprenez la matière, vous serez prêt pour l’examen ! Pour savoir si vous l’avez comprise, tentez d’écrire la définition de quelque chose sans avoir à vous référer à la définition du cahier. Si vous êtes capable, c’est parfait, si vous êtes incapable, il faudra aller comprendre la matière. Pour ce faire, vous pouvez utiliser le logiciel Cmap : non seulement vous pourrez organiser la matière, écrire la synthèse, mais vous pouvez aussi faire des liens. Ce que je conseille également pour savoir quoi étudier dans tout le plan d’étude, c’est simplement de le faire comme un minitest ! Par exemple, sur le plan d’étude, il y a 10 notions à revoir qui sont écrites ; en passant sur chaque case, résumez la notion en vos mots et répondez comme si c’était une question. Lorsque vous tomberez sur une notion que vous avez du mal à expliquer… surlignez-la en jaune !

Voilà, c’est déjà la fin de l’article de cette semaine. J’espère que mes trucs pourront vous aider à traverser les examens sans trop trébucher ! Il ne vous reste qu’un coup de cœur à donner en décembre, et après vous aurez quelques semaines de vacances pour tout oublier ce que vous avez appris ! Je vous conseille quand même de tenter de vous souvenir de cet article : vous pourrez peut-être vous y référer dans les prochaines années. Bonne semaine !

Réponse à l’énigme (Wô les paresseux, on y pense un peu avant de sauter tout de suite à la réponse !) : Allumer l’interrupteur 1 et attendre 2 minutes ; l’éteindre. Allumer l’interrupteur 2 et entrer dans la pièce : si l’ampoule est allumée, c’est l’interrupteur n° 2, si l’ampoule est éteinte, mais chaude, c’est le n° 1, si l’ampoule est éteinte et froide, c’est le n° 3 !

Espace privé Recalculer cette page *