Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

Mars One, un projet unique

Emmanuelle M. Masson - 2e secondaire le 16-01-2014 à 17:35


Énigme de la semaine : Sur une île déserte se trouvent trois naufragés. Le trio sait que pour assurer la survie de deux d’entre eux, l’un doit être mangé. Les trois sont semblables dans leur apparence et leur âge. Cependant, chacun d’eux sait qui se fera manger. Quelle pourrait en être la raison ?

Bonjour chers lecteurs ! Alors, comment se sont passées vos vacances des fêtes ? Avez-vous pris vos résolutions pour l’année 2014, qu’il s’agisse de souhaits ou de la résolution de votre écran d’ordinateur ? Moi, en tout cas, j’ai entendu parler d’un projet un peu fou : qui a envie d’un aller simple vers Mars ?

Un voyage de sept mois, des années d’attente et d’entraînement, quitter ses proches, tout cela pour pouvoir être les premiers à poser le pied sur Mars et y établir une colonie. Cela vous étonnera peut-être, mais en 2013, plus de 200 000 candidatures avaient déjà été reçues ! 200 000 personnes qui seraient prêtes à passer des centaines de tests et apprendre à survivre dans un environnement hostile. Un voyage de sept mois pour aller sur la planète rouge qui nous fascine tant. Jusqu’à présent, il n’y avait eu que des missions robotiques sur Mars. Peut-être vous souvenez-vous de Curiosity, dont j’ai parlé il y a un an ? Nous pourrons suivre le trajet des astronautes grâce au concept de téléréalité sur lequel est basée leur aventure. Les messages envoyés de Mars à la Terre (et vice versa) prendront en moyenne de 30 à 40 minutes avant de parvenir à destination.

Se couper de sa famille jusqu’à sa mort n’est clairement pas souhaitable ! En fait, chers lecteurs, les astronautes auront leurs commodités : des chambres, salon et cuisine, une salle d’entraînement, la télévision avec des jeux vidéo et même l’internet ! Lorsqu’ils auront un peu de temps entre la fabrication d’oxygène ou de nourriture, les explorateurs pourront aller à l’ordinateur et passer un petit coucou à la Terre. Cependant, certains cas restent délicats. Lorsque nous sommes de jeunes adultes, il n’y a souvent pas d’enfants dont nous devons nous occuper : mais lorsque les aventuriers sont des pères ou des mères… est-ce vraiment la bonne décision ? On ne peut pas border un enfant par webcam, ni faire de câlins : les mots de réconfort n’ont pas le même effet.

Six à dix équipes de quatre personnes seront retenues pour subir un entraînement complet d’ici 2015 : c’est-à-dire qu’entre 24 et 40 personnes auront la chance d’aller établir une colonie humaine sur la planète où il fait environ -63°C… et y mourir. Le voyage se fera autour de 2023. Comme ce fut le cas pour beaucoup de gens en 1969 lors des premiers pas sur la Lune, nous aurons la chance d’assister à un moment historique. Nous pourrons dire : « J’étais là, j’ai tout vu ! ». La majorité des candidatures pour ce projet viennent des États-Unis, de l’Inde, de la Chine et du Brésil, ainsi que certaines, mais moins nombreuses, du Canada, de la Russie, du Mexique, de la France, etc. Pourtant, il reste tant à faire avant de pouvoir aller sur Mars… y compris la construction de la fusée qui pourra faire le trajet ! Actuellement, le projet de plusieurs milliards de dollars fait beaucoup de sceptiques. Je vous propose de mesurer quelques avis soutenant ou critiquant ce projet, car même si un projet est réalisable, il n’est pas toujours souhaitable

Nous allons commencer par les contres, car il y en a beaucoup plus. Le premier avis sur lequel je suis tombé commence par « Mais quelle horreur ! » et dit que « tous ces candidats ont un problème mental : seule une personne psychologiquement dérangée accepterait de mourir à des centaines de millions de km de la Terre, le tout retransmis en direct à la télévision. » Beaucoup argumentent sur le fait que l’être humain est présent pour une seule et unique mission, qui est de prendre soin de la Terre. Comme nous n’arrivons même pas à faire cela, pourquoi vouloir aller sur Mars ? Pour la polluer ? « L’aveu de l’échec de l’Homme sur notre planète… », commente un Français. Même si quelques individus pourraient survivre dans des conditions extrêmes et inhumaines, il n’y aura aucune possibilité de développement à long terme pour nous sur la planète Mars. « L’humain est fait pour la Terre, par la Terre. »

La question de la santé est aussi en jeu : que faire lorsqu’un pionnier se fera mal, se blessera ou aura un problème psychologique ? Serons-nous forcés de voir les aventuriers se cacher de celui qui tentera de les tuer, ou encore, regarder leur compagnon de voyage mourir d’une blessure infectée ? Y aura-t-il un médecin qui sera retenu dans les équipes pour pouvoir soigner ses amis, et si oui, aura-t-il vraiment tout le matériel nécessaire pour assurer la survie de chacun jusqu’à sa mort ? Une fusée ira-t-elle tous les 7 mois sur Mars pour leur apporter ce dont ils ont besoin, sachant les coûts que cela peut engendrer ? Les humains seront-ils capables de vivre plus ou moins 20 ans avec les mêmes personnes autour d’eux ? Il y a de nombreux avis éthiques et scientifiques qui s’opposent à l’idée. Vous pouvez faire vos propres recherches pour en apprendre plus.

Passons maintenant aux avis qui soutiennent le projet. Car oui, il y en a. Le premier que j’ai trouvé dément d’abord la théorie où l’on devrait d’abord coloniser la Lune avant d’aller sur Mars. En effet, sur la planète rouge, nous avons trouvé des éléments qui favorisent la vie, contrairement au désert lunaire. Il affirme que sur les planètes habitables que nous pourrons explorer et coloniser, nous pourrons construire des usines et des industries avec des travailleurs robots qui nous enverront les produits finis. Est-ce vraiment un projet envisageable ou plutôt un rêve fou ? Délocaliser la production sur les autres planètes pour faire de la Terre un endroit où l’on vit mieux… Certains ajoutent avec humour que nous pourrons vider les prisons, ce qui réduirait considérablement la population de la Terre. Certains disent que c’est une vie perdue ou un espoir fou, alors qu’un autre affirme que « Toute vie finit par la mort, alors que certaines personnes estiment que 40 ans dans un travail ennuyant est également un suicide psychologique. Ces gens-là préfèrent vivre moins longtemps, mais participer à une aventure unique… Ça se comprend, non ? ». Quant aux gens qui répliquent que le projet de téléréalité est idiot, il faut dire que cela permet d’impliquer l’humanité entière dans le projet et non pas seulement un cercle fermé de savants et de scientifiques. Pour avoir plus d’avis à ce sujet, je vous conseille de chercher un peu. Les arguments donnés ici ne résument pas tout.

Je vous souhaite une très bonne semaine, et je vous laisse sur cette question, chers lecteurs : si vous aviez eu 18 ans, auriez-vous postulé pour ce projet ? Je vous propose, pour en apprendre plus sur le voyage en question, de consulter le site mars-one.fr/mission/objectifs/

Réponse à l’énigme : Il y a, sur ces trois hommes, un végétarien pur et dur : en effet, même s’il ressemble aux autres, sa mentalité est différente. Ainsi donc, il ne se tournera pas vers le cannibalisme pour survivre.

Espace privé Recalculer cette page *