Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

Quelle position adopter avant d’avorter ?

Emmanuelle M. Masson - 2e secondaire le 24-03-2014 à 13:24


Énigme de la semaine : Elles peuvent autant blesser que réparer, mais la dernière tue. Qu’est-ce ?

Bonjour chers lecteurs ! Quand je pense que la semaine dernière, je ne savais pas de quoi parler, je me sens bête aujourd’hui. Pourquoi donc ? Voyons… nous étions le troisième samedi du mois de mars ! Le débat que j’ai oublié ! Mais ne vous inquiétez pas, j’ai bien l’intention de me rattraper en présentant une fois de plus un débat sur un sujet sensible auquel je pense depuis longtemps… même en 1re secondaire : l’avortement !

Mais avant de commencer, j’aimerais vous inviter à un match d’improvisation qui aura lieu à Regina 19h à 21, dans la cafétéria des 3e secondaire. Ce sera le dernier match de l’année avant les éliminatoires au cours duquel les Tropickles (nous) affronteront les Brelan d’As de l’académie St-Thérèse. C’est un rendez-vous à ne pas manquer !

Aussitôt que j’ai commencé ma recherche, je suis tombée sur un site qui répondait à tous les arguments des gens qui sont pour l’avortement. J’ai décidé, plutôt que de faire un article où « pour » et « contre » sont séparés, de ne faire que des paragraphes simples pour en parler. Ce sujet est si sensible, les liens sont si proches qu’ils sont quasiment indissociables : certains considèrent qu’un argument pour l’avortement peut aussi être un argument contre.

Tout d’abord, il faut se rappeler que l’avortement est possible jusqu’à une certaine limite : on ne peut pas avorter à huit mois de grossesse, par exemple. Il est souvent convenu que la période acceptable pour avorter tourne autour de la 10e à la 12e semaine. Avant cette limite, ce n’est encore qu’un fœtus ! Il n’a aucune mémoire, il se développe encore. Pourquoi vouloir interdire l’avortement en disant que c’est scandaleux ? Est-il plus moral de garder l’enfant, quitte à ce qu’il souffre durant sa vie, parce que son ou ses parent (s) n’ont pas les capacités ou les moyens de s’en occuper et personne à qui le confier ? « C’est faux ! » affirment ceux qui sont contre cette pratique. Qui sommes-nous pour savoir si un homme ou une femme sera malheureux durant sa vie ? Sommes-nous si supérieurs pour croire qu’un bébé ne devient humain qu’après l’accouchement ? Laisser un avortement se dérouler, c’est participer au meurtre d’un futur adulte, peu importe sa destinée. Personne n’est assez sage pour décider si la vie d’un autre se doit de l’être.

Mais pourquoi vouloir que l’avortement soit interdit ? Une femme est enceinte neuf mois, et après un accouchement éprouvant, elle est responsable de son enfant jusqu’à ce qu’il soit assez mature pour voler de ses propres ailes. Mais qu’en est-il de celles qui tombent enceintes très jeune pour une raison ou une autre ? Devraient-elles vraiment garder l’enfant ? Arrêter ses études pour s’en occuper, pour l’allaiter ? Avorter n’est pas une honte… la naissance d’un enfant ne devrait pas causer tant de soucis. Pourtant, l’enfant n’appartient pas à la mère, rétorquent ceux qui sont contre, elle n’en est que responsable ! Tueriez-vous votre chien si vous n’aviez plus les moyens de vous en occuper ? Non. Alors, pourquoi vouloir tuer un être vivant qui est aussi différent de vous qu’il vous ressemble ? Oser appeler un enfant un « accident » est affreux ! Ce bambin n’a pas à payer pour les erreurs qu’ont faites ses parents, le plus petit n’a pas à payer pour le plus grand. Liberté pour la mère égale mort de son enfant : ce n’est pas une formule acceptable. Notre liberté n’est pas infinie, elle s’arrête là où celle d’un autre être vivant commence. Mais il ne faut pas oublier que personne n’est à l’abri d’un accident, et si les parents n’ont pas les moyens de payer cette erreur… il y aura encore plus de souffrances. Il faut se mettre à la place de ceux qui sont dans cette situation !

« Si tes parents avaient avorté, tu ne serais pas là aujourd’hui ! » Oui, c’est exact. Mais je n’en aurais jamais eu conscience, je n’aurais pas souffert en mourant. Je n’aurais eu conscience d’aucune souffrance, et je serais probablement quelque part dans un paradis… ou dans le ventre d’une autre, réincarnée ( ?) Peu importe les croyances, l’enfant ne disparaît pas dans un néant éternel : il rejoint simplement une autre vie. Cependant, il y a aussi l’adoption, mais cette option reste assez complexe. Qui dit que l’enfant ne restera pas dans un orphelinat la majeure partie de sa vie en se disant que si ses parents ne voulaient pas de lui, personne ne voudrait de lui ? Qui dit qu’il aura de bons soins ? Il y a trop d’enfants à adopter pour les parents qui souhaitent le faire. Qui plus est, si l’avortement devait être interdit de nouveau, les avortements clandestins pourraient augmenter. Pourtant, ce n’est pas si simple ! L’avortement n’est certainement pas une simple opération chirurgicale de routine. Cela laisse des séquelles, autant physiques qu’émotionnelles. Malgré tout, grâce à l’instinct maternel, une femme peut s’attacher à l’enfant qu’elle porte sans le savoir. Plus tard, elle se sentira coupable d’avoir perdu cet enfant, d’avoir perdu une partie d’elle-même… un peu comme un suicide spirituel.

Autant d’un côté que de l’autre, les gens se battent à coup de « Réveillez-vous ! C’est inhumain ! » Nous sommes en 2014, dans une société où le nombre d’habitants ne cesse d’augmenter et où la vie peut devenir difficile. Tomber enceinte à la suite d’un viol lorsque l’avortement est illégal, ça veut dire vivre une partie de sa vie avec quelqu’un qui tient de son agresseur. Parfois, assumer un enfant, c’est trop de responsabilités, même si je suis contre ceux qui ne se protègent pas et qui se disent « Bah, j’avorterai ! » Pour tout dire donc, je crois bien que seuls ceux qui ont été face à la situation peuvent comprendre tout ce que ça implique… et encore ! Cependant, j’avoue qu’il m’a été assez dur de voir comment certains enfants sont avortés, même si je sais qu’ils ne souffrent pas. Trouver des images pour un article n’aura jamais été aussi dur avec tout ce qui circule sur les moteurs de recherche ! Sur ce, bonne semaine ! (Source des avis contre : http://dijonpourlavie.over-blog.com/pages/Quels_sont_les_arguments_contre_lavortement_-1206968.html)

Réponse à l’énigme : les heures.

Espace privé Recalculer cette page *