Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

Réflexion

Article écrit dans le passé que vous lisez dans le présent

Emmanuelle M. Masson - 2e secondaire le 23-04-2014 à 13:31


Énigme de la semaine : Un coq est sur le toit d’une ferme. Le vent souffle vers le sud, mais le coq est dans le sens du vent. De quel côté ira l’oeuf ?

Bonjour chers lecteurs ! Alors, qu’est-ce que ça fait d’être en semaine de relâche ? Ou plutôt, qu’est-ce que ça faisait, puisque j’imagine que durant votre congé, vous ne viendrez pas lire le journal étudiant. Cette semaine, je ferai plus court (c’est relatif : chaque fois que je décide de faire un article court, ça finit en long article-roman !). Êtes-vous comme moi fascinés par le temps ? Le futur, le passé ?

Un jour que j’allais au Dollarama avec l’un de mes parents, j’ai trouvé un objet abandonné qui aujourd’hui fait ma fierté : un sou noir datant de 1953. Imaginez l’épaisseur de cet objet… il est différent de tous les autres sous noirs ! J’aime le sortir, parfois, pour le regarder quelques instants. Généralement, quand je le prends, je sors aussi quelques autres objets par exemple une toute petite boîte contenant des objets religieux que ma mère a trouvés lorsqu’elle était jeune, le parfum que j’ai hérité de ma grand-mère, le collier et le bracelet en forme de serpent venant de mon autre grand-mère, quelques bibelots que j’ai hérités de mes grands-parents. Toutes ces choses qui en ont vu plus que moi et qui, un jour, étaient encore toutes neuves, sortant de l’usine. Ça ne vous fait pas drôle vous de penser qu’un vieil objet a déjà été un objet tout neuf, très beau, dans un magasin à attendre que quelqu’un l’achète ? Ou encore, qu’un vieil objet apparemment sans importance devienne aujourd’hui une relique ? Aux États-Unis, il y a une boutique que ma famille et moi adorons aller visiter : c’est une boutique d’objets anciens, comme de vieux jouets et des journaux. Il y en a même qui datent de 1945 ! C’est fascinant de savoir que ce que nous apprenons dans les cours d’histoire a déjà été le présent de certains.

Ce qui m’intrigue au moins autant que le passé, sinon plus, c’est le futur. Je n’arrête pas d’y penser. Le temps est si étrange ! Au moment où j’écris, je dois songer qu’il y a quelques minutes, j’écrivais l’introduction de mon article. Qu’il y a une heure, je déjeunais. Qu’il y a quelques heures, je dormais. Il y a tant de réflexions que j’aimerais pouvoir faire dans cet article de journal, mais je sais que beaucoup ne comprendraient pas trop ce que je veux dire. Un jour, ma sœur m’a dit quelque chose que je n’oublierai jamais : chaque seconde qui passe sera à jamais irrécupérable. Elle est vécue, et jamais elle ne pourra servir une deuxième fois. Cette seconde est devenue un souvenir unique, qui ne sera jamais identique à une autre seconde.

Retournons au futur. Moi, ce qui me fascine, c’est de penser à l’héritage que je laisserai. Je m’imagine mes enfants et mes petits-enfants, alors que je serai vieille, et je me vois leur expliquant la vie que je menais en 2014. Leur parler du journal étudiant, de mon école, de la technologie. Leur montrer de vieilles photos, tout en sachant qu’ils n’arriveront pas à m’imaginer ayant 14 ans puisqu’eux ne m’auront vu que comme adulte. Je me vois leur montrer des bibelots que j’ai eus de mes parents et de mes grands-parents, ou encore des objets que j’aurai moi-même eus. Mais surtout, je me vois leur montrer mon « journal ». Hé oui, je tiens un journal ! Non pas intime, mais un journal qui me servira à revivre un peu les moments que je vis aujourd’hui. Je détaille chaque journée, je mets des photos : un jour, je l’imprimerai et je le mettrai dans un cartable. Les générations futures auront cet héritage, verront un peu comment je vis en ce moment, verront comment la communauté vivait en 2014 et comment elle a évolué vers leur époque. J’écris comme si je leur parlais, mais dans le fond, au moment où ils le liront, cela fera plus d’une dizaine d’années que j’aurai écrit ces mots. Et ça, ça me fascine. Ce que je fais actuellement deviendra, plus tard, un souvenir, un héritage du passé.

Voilà, c’était ma réflexion personnelle sur le temps. Le temps existe pour chacun et il existe différemment. Pour certains, c’est une illusion, mais pour d’autres, non. Pour d’autres, comme moi, c’est un sujet si profond que je n’arrive parfois même pas à comprendre comment je réfléchis. Ainsi, sur cette fin d’article, je vous invite à faire comme moi et à penser déjà à l’héritage que vous laisserez ainsi qu’à vos objets récents qui seront un jour de vieux objets « pas assez technos » ! Bonne semaine !

Réponse à l’énigme : Un coq ne pond pas d’oeuf !

Espace privé Recalculer cette page *