Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

J’aime les selfies (et Toronto aussi)

Emmanuelle M. Masson - 2e secondaire le 27-05-2014 à 17:25


Énigme de la semaine : Il y a un livre qui contient tous les autres livres du monde. Lequel est-ce ?

Bonjour chers lecteurs ! Alors, comment allez-vous ? Saviez-vous qu’au moment où j’écris cet article, nous sommes le dimanche 25 mai ? Il y a exactement une semaine, j’étais à Toronto. Hé oui ! J’ai été parmi les chanceux à pouvoir faire le voyage. Je vais donc vous raconter un peu comment ça s’est passé…

Jour 1 : La première étape du voyage a été l’une des plus compliquées : se lever de mon lit à 4h du matin. Qui aurait su qu’entre minuit et 6h, il y avait quelque chose ? Avant d’aller vers Regina, j’ai envoyé mon article sur le débat des mini-miss. Il fallait arriver à 5h15 à l’école, et c’est donc en toute logique que l’autobus est parti à 5h50. La ponctualité, c’est notre point fort à tous, on dirait ! Le voyage jusqu’à Toronto a duré 6 heures environ, mais ça a été correct. Nous avons eu droit à un film durant notre voyage : « Harry Potter et l’école des sorciers ». En anglais, sous-titré en anglais !

Vers 12 :07, nous nous sommes arrêtés pour aller au Royal Ontario Museum ( le R.O.M.) Malgré mes appréhensions, la visite a été plutôt amusante ! Notre guide a été assez rapide sur les sujets, ne passant pas beaucoup de temps à expliquer en détail chaque chose. Nous pouvions poser des questions, mais la visite roulait vite, ne laissant aucune place à l’ennui. À la fin, nous avons eu un peu de temps pour se promener en visite libre. Par la suite, il y a eu beaucoup de marche à pied dans la ville. Et quand j’écris beaucoup avec de l’italique, c’est que ça a été assez long… mais ça en valait la peine ! Et puis, c’était plutôt amusant, même si nous avions mal aux pieds. J’ai d’ailleurs commencé à prendre tous les oiseaux que je voyais en photo, ce qui a au moins fait rire quelques-uns de mes compagnons (Oh, regardez, un pigeon ! Oh, une mouette ! Oh, d’autres pigeons !) Puis nous sommes allés vers une partie plus achalandée de la ville pour y attendre un autobus, où nous sommes montés. Et, malheur à nous, nous sommes montés en rang et avec beaucoup de discipline ! Une femme veut maintenant porter plainte contre M. Lebon, car il représente le mauvais exemple pour nous, pauvres élèves influençables.

Si vous aviez tous été à Toronto, chers lecteurs, soit vous m’auriez trouvé bruyante, soit vous vous seriez joints à moi ! Notre souper « Medieval Time » était l’une des choses les plus incroyables que j’ai vues de toute ma vie. Je vous montrerais bien une vidéo que j’ai prise si on n’entendait pas ma voix, chaque deux secondes, dire : « Kill him ! Die Alone, Green, you deserve it ! » et autres phrases de ce genre. J’étais évidemment dans l’équipe des rouges, et notre principal adversaire était l’équipe des verts. En retournant vers l’autobus, j’ai été parmi les retardataires (nous nous étions un peu… perdus) et j’ai eu un devoir à faire pour le lendemain : apprendre à différencier ma gauche et ma droite. Plus difficile encore que de devoir résoudre une équation algébrique ! Heureusement, j’étais dans le calme pour étudier : la chambre où j’étais avec mon équipe était séparée d’un mur de carton de la chambre… des professeurs. Moi et les filles n’avons pas pu rejoindre le combat d’épée en carton dans le couloir : que c’est dommage !

Jour 2 : Au programme, Fort George, autobus, Niagara Falls, Clifton Hill et la Tour du CN ! Fort George ne m’a pas vraiment captivé, mais ce n’est pas grave, car j’ai au moins pu inscrire un nouveau record dans mon livre personnel : je n’avais jamais autant vu de pissenlits ! Il y a aussi eu des tirs de fusil (argh ! j’ai oublié les noms) en démonstration, puis nous avons eu du temps libre. Devinez où s’est agglutinée la quasi-totalité du groupe ? Devant le bâtiment datant des combats ? Que nenni ! À la boutique, évidemment. Nous sommes ensuite repartis en autobus vers les chutes du Niagara. Il y a eu de la marche près des garde-fous, beaucoup (encore les italiques !) de « selfies » et finalement, une photo de groupe. Sur le bateau et dans la file d’attente, je me suis fait remarquer. Serait-ce pour ma magnifique voix lorsque je criais « Make it rain, make it rain ! » ou parce que je suis une très célèbre journaliste du J.E de Regina Assumpta ? Non ! Tout simplement parce que j’avais mis mon propre poncho, apporté de chez moi en cas de pluie. Qui ne remarque pas un poncho bleu parmi des centaines de ponchos rouges ? Après ce petit périple en bateau, nous avons eu du temps libre sur Clifton Hill et malgré mes peurs, je suis allée dans la maison hantée. Si on va à Toronto, autant en profiter pour faire le maximum de choses possibles, non ? La maison hantée où nous sommes allés est surtout basée sur les « Jump-Scare », les peurs surprises. Par exemple, la lumière qui apparaît soudainement et se referme, quelqu’un qui nous agrippe les chevilles, etc. Une fois les premières surprises passées, j’ai beaucoup… ri ! Sur les deux photos qui ont été prises, je riais. Et le pire, c’est que j’étais tout en avant de notre petit groupe. La première à devoir ouvrir les portes, à se faire agripper les chevilles et à voir une voiture mécanique foncer vers moi ! Nous étions complètement aveugles, là-dedans. Puis, balade en groupe sur Clifton Hill avant d’aller vers la Tour du CN.

Nous tous, dans l’autobus, avons saisi l’importance d’aider notre prochain ! En effet, il y avait devant la tour beaucoup de filles en mini-short avec des chandails sans manches s’arrêtant au nombril. Il faisait quand même froid là-bas et elles se dirigeaient toutes vers un événement qui se déroulait tout près. C’était probablement nécessaire d’arriver là-bas vêtue ainsi. L’un de nous a eu le malheur de demander si l’une d’elles avait besoin d’un manteau, et apparemment, non « because us, the Canadians, we are hot ! ». Hum hum… (Temps de réflexion pour se demander de quelle nationalité notre groupe était). Puis, pendant le trajet de retour à l’hôtel, j’ai joué une petite blague à mes parents (vilaine journaliste !) en leur faisant croire que j’avais perdu mon iPod. Mais ne vous inquiétez pas, j’ai démenti ce fait immédiatement après. À l’hôtel, nous nous sommes reposés en prévision du lendemain et de notre visite au « Canada’s Wonderland ».

Je n’ai pas grand-chose à dire du parc d’attractions, car je n’ai pas fait de montagnes russes. Oui oui, je sais, j’ai écrit plus haut que « Si on va à Toronto, autant en profiter pour faire le maximum de choses possibles, non ? », mais les montagnes russes, c’est au-dessus de mes forces. Je n’aime juste pas quand ça descend. En fait, si ça ne fait que tourner vite, c’est correct. Mais pas de boucles ou de descentes. J’ai aussi acheté un chandail que je porterai sûrement très souvent : « You need a mute button… is there an app for that ? » Puis, il y a eu le voyage du retour vers Montréal, où nous avons écouté la suite de la saga Harry Potter. Puis ce fut « Bon cop, Bad cop », un film bien de chez-nous avec son franc parlé et ses vulgarités. J’ai préféré à ce moment-là me déchirer les yeux à tenter de lire des Archies avec une petite lumière. Puis, le voyage s’est achevé avec les retrouvailles devant le collège et le retour à la maison. Certains armés de grosses licornes à la crinière rose et d’autres, comme moi, avec 400 photos et vidéos de mon voyage. Bonne semaine chers lecteurs !

Réponse à l’énigme : Un dictionnaire.

Espace privé Recalculer cette page *