Éditoriaux
Sports
Environnement
Société
Socio-culturel
Technologie
Ligne du menu
Portail
T&ealé du menu

2014 CHANSONS QUI FONT DU BIEN

Léo Paquette-Greenbaum le 9-06-2014 à 13:37


Cette année, j’ai fait mention chaque semaine d’une chanson qui m’inspirait. Ces chansons témoignaient de mes expériences personnelles ainsi que mes découvertes musicales. (Ce n’est pas pour rien que j’ai seulement fait une recommandation d’album cette année — pourquoi se contenter d’une sélection déjà faite ?) À travers ma bibliothèque iTunes, j’ai essayé de recréer cette chronologie de mélodies qui m’ont sauvé du quotidien.



Magic Man de Heart
Après la liste des films que j’ai regardés au cours de l’été, j’ai en ai commencé une deuxième avec The Virgin Suicides de Sophia Coppola en tête. Cet air présent dans le long métrage est devenu tout de suite un coup de coeur.



Theme from Schindler’s List de John Williams
S’explique un peu beaucoup par soi-même. Aussi, l’œuvre intégrale de John Williams est assez surprenante.



U+ Ur Hand, Stupid Girls, So What de Pink, Over de Lindsay Lohan, Ain’t No Other Man de Christina Aguilera, Hips Don’t Lie de Shakira, Check On It de Beyoncé, Mockingbird d’Eminem, Hey Ya ! d’Outkast, Umbrella de Rihanna, Girlfriend d’Avril Lavigne
L’été prend fin et je m’entoure de nostalgie en écoutant de vieilles chansons pop.



Les nuits de Montréal/Qu’est-ce qu’on attend de Christine Tassan Et Les Imposteures, Cigarettes And Chocolate Milk de Rufus Wainwright, Eras de Juana Molina
Quelques chansons plus douces et poétiques, presque des vers d’oreilles.



Love On Top de Beyoncé
Des cordes vocales faites d’acier !



How Loud Your Heart Gets de Lucius, Make It Up, From the Future, I Tell Myself Everything, Hey de The Blow
Deux groupes très talentueux et plus underground sortent un tout nouveau disque en même temps. Vive la musique des années 2010 !



Yayo de Lana Del Rey, Angel of the Morning de The Pretenders, You and Whose Army ? de Radiohead, Sprawl II (Mountains Beyond Mountains) d’Arcade Fire
J’entre dans une phase de musique très rêveuse...



Clouds de Hole
Le début d’une très grande découverte musicale...



In for the Kill, Bulletproof de La Roux
Retour au techno de 2008.



(There’s) Always Something There To Remind Me de Lou Johnson
Merci Mad Men !



Take the ’’a’’ Train de Duke Ellington
Je relis L’Écume de jours une deuxième fois : un excellent roman que j’ai reçu en cadeau pour mon anniversaire. Il est rare que je dévore des livres comme ça, car pendant longtemps j’ai pensé que l’école m’avait enlevé mon goût pour la lecture. J’ai eu la chance de faire un peu de recherche sur le blues d’Ellington dont le livre fait très souvent mention.



BEYONCÉ de Beyoncé
Je fais mention de l’album que Beyoncé a lancé juste avant le temps des fêtes dans sa totalité pour éviter d’énumérer trop de chansons. OK, dernière fois que je parle de Beyoncé.



Pata Pata, The Click Song de Miriam Makeba
Deux airs très rythmés que je découvre le lendemain de Noël.



Breathe Me de Sia, I Just Want to Celebrate de Rare Earth
Deux chansons que j’entends alors que j’écoutais la finale de Six Feet Under. Quelle série !



Flowers On The Wall de The Staler Brothers, Total Eclipse of the Heart de Nicki French, Evil Friends de Portugal. The Man
Un Léo perdu dans l’hiver qui ne sait pas trop quoi écouter.



All My Stars Aligned, Cruel, Birth In Reverse, Digital Witness de St. Vincent
Une merveilleuse découverte auditive lors d’un tard vendredi soir. Une guitare électrique très présente qui n’écrase pas la voix cristalline d’Annie Clark.



All Too Well de Taylor Swift
Attention : plaisir coupable ! Elle sait vraiment comment écrire une chanson traitant d’une peine amoureuse !



Violet, Miss World, Plump, Asking for It, Jennifer’s Body, Doll Parts, Rock Star, Celebrity Skin, Awful, Malibu, Dying, Northern Star, Nobody’s Daughter, Pacific Coast Highway, Samantha, Someone Else’s Bed, Letter to God de Hole, Mono de Courtney Love
J’aime souvent découvrir l’histoire derrière les chansons, les artistes que j’écoute, jusqu’au plus petit détail. Courtney Love et son groupe des années 90, Hole, suivent tout à fait à cette règle. Les mélodies aussi fortes et passionnantes que la vie de Courtney Love sont tout de suite devenues un coup de cœur.



99 Problems de Jay-Z
I got 99 Problems, but (being) a bitch ain’t one ! Une histoire très intéressante se cache derrière cette chanson. Je vous suggère de la découvrir.



I Follow Rivers de Lykke Li
Merci La vie d’Adèle !



Gold Digger de Kanye West
Cet hiver, j’ai suivi des cours de danse contemporaine. Cette chanson animait la chorégraphie que j’ai préférée. Une autre histoire intéressante dans la conception de cette chanson.



Followed the Waves de Melissa Auf der Maur
La bassiste montréalaise de Hole a commencé une carrière solo au début des années 2000, suite à la dissolution du groupe. Une autre raison d’aimer Montréal !



Les passants, Éblouie par la nuit, Je veux de ZAZ
Enfin une artiste franco que j’aime écouter !



Tightrope de Janelle Monae
Vous avez probablement entendu cette chanson dans une publicité de voiture.



Talk Dirty de Jason Derulo, Happy de Pharrel Williams
À la mi-mars, nous avions joué un extrait de notre pièce devant un public pour la première fois, lors du festival de l’AQEFT, à Trois Rivières. Notre troupe s’est bien amusée le samedi soir lors d’une danse après la représentation. Ces chansons jouées au cours du festival évoquent en moi des souvenirs spéciaux (Panache, vous me comprenez).



Tomorrow Never Knows de The Beatles, Passion Play (When All The Slaves Are Free de Joni Mitchell
Ces airs resteront toujours parmi mes favoris. Peu importe la saison, ils s’adaptent et m’apaisent au cours du rythme.



You Know My Name, Wedding Day de Courtney Love
Courtney Love sort deux nouvelles chansons au milieu du printemps. She still has it ! (et fait maintenant preuve d’abstinence face aux drogues)



Welcome to Paradise, Basket Case, When I Come Around, Good Riddance (Time of Your Life), Wake Me Up When September Ends, Boulevard of Broken Dreams de Green Day
Une autre découverte punk rock parfaite pour le printemps !



Papaoutai de Stromae
J’ai fini par aimer cette chanson, car elle m’est rentrée dans la tête. Faisant contraste au débat des mères porteuses : non, je ne retrouverai jamais mon papa.



Covered Saints de Carlinhos Brown
J’ai trouvé cette chanson à la fin d’un CD du Festival de jazz que j’ai acheté lors de la vente de livres de la pastorale. Le mélange subtil de genres fait de cette chanson une merveille à mettre sur replay.



Chandelier de Sia
LA VIDÉO !



That’s Not My Name de The Ting Tings
Un autre plaisir coupable du vendredi soir (ou samedi matin).



No Words Left d’Ana Never
Cet album que j’ai téléchargé sur Bandcamp me rappelle la musique de Only Lovers Left Alive, le tout nouveau film mettant en vedette Tilda Swinton en vampire.



Time to Pretend, Kids de MGMT
Un peu de techno pop ne fait de mal à personne !



My Baby Just Cares for Me de Nina Simone, What a Wonderful World de Louis Armstrong
Lors de notre représentation de Boeing Boeing en mi-mai, ces airs de jazz du spectacle de l’année passée sont revenus aux anciens de la troupe.



Se Me Hizo Facil de Buika, Volver d’Estrella Morente
Deux chansons venant de films d’Almodovar dont je comprends maintenant les paroles (et qui sont très plaisantes à chanter).



Sweet Child O’ Mine de Guns N’ Roses, Can’t Believe de Tony Molina
Deux autres découvertes punk rock parfaites pour les longues marches sous un soleil de plomb.



In Yer Face, Cübik de 808 State
Un groupe techno des années 80-90 qui pourrait bien être la bande sonore d’un James Bond ou de La femme Nikita.



NOUVELLE DÉCOUVERTE MUSICALE : BLONDIE !!!
Ok ! Je sais que Blondie existe depuis les années 70, mais c’est une nouvelle découverte musicale pour moi ! Faudrait que je continue à écouter What I Heard en boucle pour quelque temps avant de pouvoir dire avec exactitude ce que j’adore de Blondie.



Chanson de la semaine : Volver d’Estrella Morente. Je termine cette année avec une chanson qui parle du retour alors que je refais le point sur cette année...



Chanson de la semaine (bis) : On and Ever Onward de Dirty Projectors et Björk, une mélodie traitant du fait d’avancer et d’être en un meilleur endroit dans la vie.





Logo de l’article : photo prise par Léo Paquette-Greenbaum
Image : daiseyjayne.com

Espace privé Recalculer cette page *